Dimanche 20 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

LA PLATEFORME AN TE A BANNA -TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION LANCE UN ULTIMATUM AU PRESIDENT IBK : «Retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle au plus tard le mardi 15 août 2017 à minuit »

Dans une lettre ouverte au président de la République du Mali, ibrahim Boubacar Keita, la Plateforme An tè A Banna -Touche pas a ma Constitution, lance un Ultimatum au Président IBK.

L’objet en est une demande de « retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle (Loi n°2017-031/AN-RM du 2 juin 2017 portant révision de la Constitution du 25 février 1992) ». Pour la Plateforme du refus, le projet de révision constitutionnelle a été initié par le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, en violation de l'article 118 de la Constitution du 25 février 1992. Mobilisés depuis le 11 juin 2017 pour exiger du Président de la République le retrait de son projet de révision constitutionnelle, notamment à travers l’organisation de deux marches pacifiques à Bamako les 17 juin et 15 juillet 2017 et deux meetings les 1er juillet et 3 août 2017 et de manifestations populaires à l'intérieur du pays ainsi que dans la diaspora, la Plateforme a réitéré de nombreuses fois sa demande de retrait du projet de révision de la Constitution du 25 février 1992, en attendant la réunion des conditions qui font actuellement défaut pour le respect de l’article 118 de la Constitution et des conditions sécuritaires indispensables à la tenue d’un scrutin référendaire garantissant la participation libre, transparente et démocratique de l’ensemble du peuple malien. Lors de son Assemblée générale du 07 Août 2017, la Plateforme An Tè A Banna -Touche pas ma Constitution, a décidé à l’Unanimité d’exiger du Président de la République, « le retrait pur et simple de son projet de révision constitutionnelle au plus tard le mardi 15 août 2017 à minuit ». Elle a également décidé lors de cette Assemblée générale de signifier au Président de la République qu’à défaut d'une réponse favorable dans ce délai imparti, « LA PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION, qui assimilerait ce refus à une atteinte grave à la Constitution du Mali, se réserve le droit d’user de tous les moyens que lui offrent la Constitution du 25 février 1992 et les lois de la République afin de faire aboutir ses revendications légitimes ». Nous publions l’intégralité de la lettre ouverte au Président de la République.

Office central de lutte contre l'enrichissement illicite: COMMENT REMPLIR SA DÉCLARATION DE BIENS ?

PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION

LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE IBRAHIM BOUBACAR KEITA, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU MALI

OBJET : Demande de retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle (Loi n°2017-031/AN-RM du 2 juin 2017 portant révision de la Constitution du 25 février 1992)

Nous, PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION ;

Opposés au projet de révision constitutionnelle initié par le Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA en violation de l'article 118 de la Constitution du 25 février 1992;

Mobilisés depuis le 11 juin 2017 pour exiger du Président de la République le retrait de son projet de révision constitutionnelle, notamment à travers l’organisation de deux marches pacifiques à Bamako les 17 juin et 15 juillet 2017 et deux meetings les 1er juillet et 3 août 2017 et de manifestations populaires à l'intérieur du pays ainsi que dans la diaspora ;

Ayant réitéré de nombreuses fois notre demande de retrait du projet de révision de la Constitution du 25 février 1992 en attendant la réunion des conditions qui font actuellement défaut pour le respect de l’article 118 de la Constitution et des conditions sécuritaires indispensables à la tenue d’un scrutin référendaire garantissant la participation libre, transparente et démocratique de l’ensemble du peuple malien ;

Surpris de constater que le Président de la République est resté sourd à nos revendications malgré les manifestations de protestation contre la révision constitutionnelle qui ont mobilisé des centaines de milliers voire des millions de Maliens et malgré les correspondances qui lui ont été adressées dans ce sens;

Consternés par le mépris souverain affiché par le Président de la République face aux centaines de milliers de citoyens maliens que nous sommes ;

Très fortement attachés à la Constitution du 25 février 1992 et plus que jamais engagés dans un esprit républicain à défendre nos droits constitutionnels ;

Avons décidé à l’unanimité lors de notre Assemblée générale du 07 Août 2017 d’exiger du Président de la République, SE Ibrahim Boubacar KEITA, le retrait pur et simple de son projet de révision constitutionnelle au plus tard le mardi 15 août 2017 à minuit;

Avons également décidé lors de cette Assemblée générale de signifier au Président de la République qu’à défaut d'une réponse favorable dans ce délai imparti;

LA PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION qui assimilerait ce refus à une atteinte grave à la Constitution du Mali, se réserve le droit d’user de tous les moyens que lui offrent la Constitution du 25 février 1992 et les lois de la République afin de faire aboutir ses revendications légitimes.

Bamako le 07 Août 2017

Assemblée générale de la Plateforme AN TÈ, A BANNA-TOUCHE PAS MA CONSTITUTION

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme vide (rediffusion)

18 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017