Vendredi 22 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

LA PLATEFORME AN TE A BANNA -TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION LANCE UN ULTIMATUM AU PRESIDENT IBK : «Retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle au plus tard le mardi 15 août 2017 à minuit »

Dans une lettre ouverte au président de la République du Mali, ibrahim Boubacar Keita, la Plateforme An tè A Banna -Touche pas a ma Constitution, lance un Ultimatum au Président IBK.

L’objet en est une demande de « retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle (Loi n°2017-031/AN-RM du 2 juin 2017 portant révision de la Constitution du 25 février 1992) ». Pour la Plateforme du refus, le projet de révision constitutionnelle a été initié par le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, en violation de l'article 118 de la Constitution du 25 février 1992. Mobilisés depuis le 11 juin 2017 pour exiger du Président de la République le retrait de son projet de révision constitutionnelle, notamment à travers l’organisation de deux marches pacifiques à Bamako les 17 juin et 15 juillet 2017 et deux meetings les 1er juillet et 3 août 2017 et de manifestations populaires à l'intérieur du pays ainsi que dans la diaspora, la Plateforme a réitéré de nombreuses fois sa demande de retrait du projet de révision de la Constitution du 25 février 1992, en attendant la réunion des conditions qui font actuellement défaut pour le respect de l’article 118 de la Constitution et des conditions sécuritaires indispensables à la tenue d’un scrutin référendaire garantissant la participation libre, transparente et démocratique de l’ensemble du peuple malien. Lors de son Assemblée générale du 07 Août 2017, la Plateforme An Tè A Banna -Touche pas ma Constitution, a décidé à l’Unanimité d’exiger du Président de la République, « le retrait pur et simple de son projet de révision constitutionnelle au plus tard le mardi 15 août 2017 à minuit ». Elle a également décidé lors de cette Assemblée générale de signifier au Président de la République qu’à défaut d'une réponse favorable dans ce délai imparti, « LA PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION, qui assimilerait ce refus à une atteinte grave à la Constitution du Mali, se réserve le droit d’user de tous les moyens que lui offrent la Constitution du 25 février 1992 et les lois de la République afin de faire aboutir ses revendications légitimes ». Nous publions l’intégralité de la lettre ouverte au Président de la République.

Office central de lutte contre l'enrichissement illicite: COMMENT REMPLIR SA DÉCLARATION DE BIENS ?

PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION

LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE IBRAHIM BOUBACAR KEITA, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU MALI

OBJET : Demande de retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle (Loi n°2017-031/AN-RM du 2 juin 2017 portant révision de la Constitution du 25 février 1992)

Nous, PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION ;

Opposés au projet de révision constitutionnelle initié par le Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA en violation de l'article 118 de la Constitution du 25 février 1992;

Mobilisés depuis le 11 juin 2017 pour exiger du Président de la République le retrait de son projet de révision constitutionnelle, notamment à travers l’organisation de deux marches pacifiques à Bamako les 17 juin et 15 juillet 2017 et deux meetings les 1er juillet et 3 août 2017 et de manifestations populaires à l'intérieur du pays ainsi que dans la diaspora ;

Ayant réitéré de nombreuses fois notre demande de retrait du projet de révision de la Constitution du 25 février 1992 en attendant la réunion des conditions qui font actuellement défaut pour le respect de l’article 118 de la Constitution et des conditions sécuritaires indispensables à la tenue d’un scrutin référendaire garantissant la participation libre, transparente et démocratique de l’ensemble du peuple malien ;

Surpris de constater que le Président de la République est resté sourd à nos revendications malgré les manifestations de protestation contre la révision constitutionnelle qui ont mobilisé des centaines de milliers voire des millions de Maliens et malgré les correspondances qui lui ont été adressées dans ce sens;

Consternés par le mépris souverain affiché par le Président de la République face aux centaines de milliers de citoyens maliens que nous sommes ;

Très fortement attachés à la Constitution du 25 février 1992 et plus que jamais engagés dans un esprit républicain à défendre nos droits constitutionnels ;

Avons décidé à l’unanimité lors de notre Assemblée générale du 07 Août 2017 d’exiger du Président de la République, SE Ibrahim Boubacar KEITA, le retrait pur et simple de son projet de révision constitutionnelle au plus tard le mardi 15 août 2017 à minuit;

Avons également décidé lors de cette Assemblée générale de signifier au Président de la République qu’à défaut d'une réponse favorable dans ce délai imparti;

LA PLATEFORME AN TÈ A BANNA -TOUCHE PAS MA CONSTITUTION qui assimilerait ce refus à une atteinte grave à la Constitution du Mali, se réserve le droit d’user de tous les moyens que lui offrent la Constitution du 25 février 1992 et les lois de la République afin de faire aboutir ses revendications légitimes.

Bamako le 07 Août 2017

Assemblée générale de la Plateforme AN TÈ, A BANNA-TOUCHE PAS MA CONSTITUTION

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre (rediffusion)

21 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Angélique Kidjo lance le débat

21 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018