Lundi 20 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Me Baber GANO, S.G du BPN RPM : «… ils ne veulent pas voir le président IBK, mais ils vont le voir »

Sous la thématique, « pour le renforcement de la démocratie pour le respect des engagements », le parti du Tisserand a animé une conférence de presse dans le but d’apporter la vérité au peuple.

C’était au Conseil National du Patronat du Mali(CNPM), le mardi 11 juillet 2017. Au présidium de cette conférence de presse, le secrétaire général du BPN-RPM, Me Baber Gano ministre des Transports était entouré de ses collègues, Hamadoun Konaté, secrétaire politique, Dr Abdrahamane Sylla, secrétaire politique adjoint, et la présidente des femmes du RPM, Mme Diawara Aissata Touré. Une conférence de presse, tenue en présence de nombreux membres du gouvernement, des militants et sympathisants du RPM.

L’objectif de cette conférence, selon les barons du RPM était unique : apporter la vérité au peuple sur la loi portant révision constitutionnelle.

Dans son propos liminaire, Me Baber Gano dira qu’ils ont initié cette rencontre avec la presse pour apporter la vérité face à la grande campagne de désintoxication en cours sur le projet de révision de la Constitution initié par le président Ibrahim Boubacar Keita. D’où l’occasion pour lui de réaffirmer leur soutien au président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, qui a initié ce projet de révision de la Constitution, parce qu’il aime son pays, surtout pour être resté fidèle à son engagement.

Il dira dans son discours que la plateforme ‘’AN Tè AN BANA’’ parle de l’instauration de l’homosexualité à travers cette révision, alors que cela n’est écrit nulle part dans la nouvelle révision constitutionnelle.

Toujours, dans ses explications de la révision, Me Gano, a tenu à préciser à l’encontre de ceux qui disent que le président Ibrahim Boubacar Keita a fait cette révision de Constitution pour son intérêt, qu’il est bel et bien écrit que nul ne peut exercer deux mandats dans n’importe quelle fonction élective. « Ce sont eux mêmes qui sont en train de préparer leur campagne pour 2018 » a-t-il affirmé ; sinon la nouvelle révision constitutionnelle, est pour le bonheur de notre pays et son contexte respecte les principes fondamentaux du pays. Car selon lui, il garantit la forme républicaine, renforce la démocratie, et la paix et n’a rien avoir avec le pouvoir du président de la République. Toute chose qui lui fera dire haut et fort que cette révision est la bienvenue.

« Leur problème ce n’est pas sur la révision constitutionnelle, ils ne veulent pas voir le président Ibrahim Boubacar Keita, mais ils vont le voir »a-t-il conclu.

Par Fatoumata COULIBALY (Stagiaire)

Source : Le Sursaut

 

 

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

L'armée encore et toujours

17 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

17 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017