Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Grande marche contre la révision constitutionnelle à Bamako : La Plateforme « An tè, A Bana ! » plus que jamais déterminée pour le retrait du projet

Après une grande marche pacifique de protestation effectuée le 17 juin dernier, un grand meeting tenu le 1er juillet dernier, la Plateforme « An tè, A bana : Touche pas à ma constitution ! » qui regroupe plus de 100 associations de la société civile, des organisations syndicales et une quarantaine de partis politiques a, battu le pavé, le samedi 15 juillet 2017 à Bamako, pour inviter le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à retirer purement et simplement la loi portant révision de la constitution du 25 février 1992. Cette marche a débuté aux environs de 10 heures à la place de la liberté, en passant par la place de l’indépendance pour prendre fin aux environs de 12heures à la bourse du travail. Selon les organisateurs, ladite marche était synchronisée avec celle de certaines localités de l’intérieur et de l’extérieur du pays comme Kayes, Mopti, Ségou, Dakar (Sénégal), les Etats Unis d’Amériques. Trois fois successives, les organisateurs ont réussi le pari de la mobilisation qui, selon eux, est un « signal fort, un carton rouge au président de la République, au gouvernement et au Ministre de la Réforme de l'État qui sont allés chercher à l'étranger une constitution qu'ils voudraient substituer à celle adoptée par le peuple souverain du Mali ».

Vêtus en rouge et noir, accompagné des casquettes rouges, des milliers de personnes, peut être un million selon les organisateurs, ont pris part à cette deuxième marche pacifique de protestation organisée par la Plateforme « An tè, A bana : Touche pas à ma constitution ! ». Parmi les marcheurs, on notait la présence de plusieurs leaders de la classe politique et de la société civile : le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé non moins président de l’Union pour la République et la démocratie (Urd), le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Tiébilé Dramé, les anciens Premiers ministres du Mali (Soumana Sako, Modibo Sidibé), Nouhoum Togo du Pdes, Daba Diawara du PIDS, Modibo Sangaré de l’UNPR, Mamadou Oumar Sidibé de PRVM Fasoko, Djibril Tangara du FCD, Pr Salikou Sanogo, Me Demba Traoré, Dr Madou Diallo, honorable Mody N’Diaye de l’URD, Souleymane Koné des Fare An Ka wuli, Me Amidou Diabaté et Djiguiba Keïta alias PPR du Parena, les honorables députés Amadou Thiam et Amadou Araba Doumbia du groupe parlementaire Adp-Maliba/ Sadi, le secrétaire général de la CSTM, Hammadou Amion Guindo, les leaders du Mouvement « Trop c’est Trop » comme Amara Sidibé , Amadou Beidi Daou et bien d’autres.

Cette marche contre la révision constitutionnelle est partie de la place de la liberté à la bourse du travail en passant par la place de l’indépendance. La marche qui s’est déroulée sans incident, était encadrée par les forces de défense et de sécurité du Mali. On pouvait lire sur les banderoles : « Touche pas à ma constitution », « IBK, respectez le peuple», « Non non au bricolage de la constitution de 1992». Les marcheurs scandaient : «IBK, carton rouge », « IBK, démissionner», « Non à la constitution extérieure ». Au cours de la marche, il y a eu, à plusieurs reprises, l’exécution de l’hymne national du Mali.

Arrivé à destination, le président de l’Adp-Maliba, l’honorable Amadou Thiam, ancien deuxième vice-président de l’Assemblée nationale du Mali, vice président de la Plateforme « An tè, A bana : Touche pas à ma constitution ! » a fait la synthèse d’une déclaration en langue Bambara. Dans cette déclaration, il a fait savoir que ce samedi 15 juillet est un autre jour historique dans la longue lutte du peuple malien pour la dignité, la justice sociale et la démocratie. A l’en croire, la marée humaine de ce jour est le témoignage éloquent de la détermination des forces vives du Mali à combattre le mépris, l'arrogance, l'autisme et les tentatives d'instaurer dans le pays, un pouvoir personnel rétrograde.

‘’La victoire finale, c’est le retrait pur et simple du projet IBK-Tapo-Ceccaldi’’

« La mobilisation de ce jour est un autre signal fort, très fort, un carton rouge au président de la République, au gouvernement et au Ministre de la Réforme de l'État qui sont allés chercher à l'étranger une constitution qu'ils voudraient substituer à celle adoptée par le peuple souverain du Mali au lendemain de la conférence nationale de toutes les forces vives du pays ! Leur constitution, la constitution d'IBK et de Tapo n'est pas la nôtre. Notre constitution a été écrite avec le sang du peuple. Leur constitution a été écrite avec l'encre de l'argent du peuple par des experts étrangers. Ils ont osé, oui, ils ont osé ! Dans le mépris de la dignité du Mali ! IBK, son parti, son gouvernement et son Ministre veulent imposer leur constitution à notre peuple. L'accepteriez-vous ? NON, NON ET NON ! Nous ne l'accepterons pas ! », souligne la déclaration de la Plateforme. Les organisateurs de la marche déplorent le fait que les gouvernants ont déclaré que "l'insécurité était résiduelle" au Mali.

« La guerre d'Anéfis, l'embuscade meurtrière contre nos chers FAMAS à Ménaka, les attaques contre les postes de gendarmerie dans tout le centre, les 100 coups de fouet infligés aux agents municipaux à Korienzé, les tribunaux islamiques, les humiliations subies par les chefs de villages et les notables dans les cercles de Ténenkou et de Youwarou, le drapeau national descendu, plié et rangé à Kouakourou (Djenné), c'est bien entendu de "l'insécurité résiduelle » !!! Les 600 morts de janvier à juillet, c'est de "l'insécurité résiduelle » !!! Les 500 écoles fermées, les centaines d'enseignants abandonnant leurs postes, c'est de "l'insécurité résiduelle » !!! Les dizaines de sous-préfets fuyant leurs postes, c'est de "l'insécurité résiduelle’’ », ont martelé, les organisateurs, dans leur déclaration. Selon la Plateforme, le message envoyé au président de la République de la mi-juin à la mi-juillet au Mali et dans notre vaillante et digne diaspora est clair, très clair : "Monsieur le président, votre constitution n'est pas la constitution du peuple, retirez votre projet, renoncez à cette révision constitutionnelle » !

La Plateforme a invité les gouvernants à respecter les droits démocratiques du peuple malien, la liberté de réunion, le droit de manifestation, la liberté d'expression et le droit à l'information. En outre, ils ont invité les dirigeants à cessez d’harceler et de museler les radios et télévisions libres qui sont soumises à des sanctions administratives et financières qui n'honorent pas la démocratie. Idem les attaques contre Facebook et les autres réseaux sociaux !

« Monsieur le président, Libérez l’ORTM et mettez fin à l’information à sens unique. Continuons le combat, continuons le combat, continuons ce combat démocratique, continuons cette mobilisation jusqu’à la victoire finale. La victoire finale, c’est le retrait pur et simple du projet IBK-Tapo-Ceccaldi », a conclu l’honorable Amadou Thiam. Aux dires de l’honorable Thiam, cette marche était synchronisée avec celle de certaines localités de l’intérieur et de l’extérieur du pays comme Kayes, Mopti, Ségou, Dakar (Sénégal), les Etats Unis d’Amériques.

Pour sa part, le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé a fait savoir qu’il y a eu 2 millions de marcheurs à Bamako et à l’intérieur du pays pour exiger le retrait du texte. Quant à l’ancien Premier ministre Soumana Sako, il a donné des sages conseils aux pouvoirs publics et à certains religieux à respecter les droits humains et surtout à ne pas faire usurpation de fonction. « La dictature, à bas », a-t-il scandé.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018