Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: le référendum constitutionnel ne devrait «pas avoir lieu avant l'automne»

Au Mali, le gouvernement garde le cap et affirme sa volonté d'aller au référendum pour entériner le projet de réforme de la Constitution. L'opposition était dans la rue ce week-end pour une troisième manifestation qui a réuni plus d'une dizaine de milliers de personnes. Le référendum ne devrait pas avoir lieu avant la rentrée.

« On ne va pas faire une course de lenteur, mais on va prendre le temps ». Voilà ce qu'affirme un très proche d'Ibrahim Boubacar Keïta, le président malien, selon lequel le référendum, initialement prévu pour le 9 juillet, ne devrait « pas avoir lieu avant l'automne ».

Ce même conseiller s'explique : il faut que le texte repasse devant l'Assemblée après avoir été retoqué par la Cour constitutionnelle, et surtout le chef de l'Etat entend multiplier les consultations avant le scrutin pour ne pas donner l'impression « de ne pas être à l'écoute ». Des rencontres avec la société civile, les leaders religieux et les responsables politiques. Des rendez-vous qui ont cruellement « fait défaut » au début du projet, ajoute un membre du gouvernement d'IBK.

Le pari de l'essoufflement

Mais l'issue de ces rencontres est de toute façon connue : « Le référendum aura lieu, il en va de la démocratie », affirme le président.

Ces quelques mois de délai supplémentaires que s'octroie le gouvernement auront peut-être un avantage. C'est en tout cas ce qu'espère ce proche d'IBK qui se demande « si les opposants ont les capacités de maintenir la mobilisation » jusque-là.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018