Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tombouctou : Les bandits multiplient les attaques

Dans la Région de Tombouctou, l’insécurité qui avait relativement reculé, il y a quelques mois a repris de plus belle. En ville comme en campagne.

Des faits. Le 11 juillet, aux environs de 18h 20 sur la rocade qui entoure la ville, au quartier Sankoré, aux abords de l’école Sidi Mahmoud, des individus armés au nombre de 3 ont ouvert le feu sur le commandant de la brigade territoriale de gendarmerie de Tombouctou à bord de son véhicule de commandement. Bilan : 2 blessés dont le commandant de la brigade, l’adjudant-chef major Alhabib Tiocary et le maréchal des logis chef Abdramane Coulibaly.

Les deux gendarmes ont été atteints mais leur pronostic vital n’est pas engagé. Aux dernières nouvelles leur état de santé s’est nettement s’amélioré après leur prise en charge à l’hôpital de Tombouctou.

Le même jour, aux environs de 22 h 30, 2 bandits armés ont tenté d’enlever la voiture d’un civil travaillant dans une ONG. L’acte s’est passé vers le quartier dit « ATT-bougou ». Heureusement pour le propriétaire, la voiture n’est pas allée loin. Elle est vite tombée en panne. Mais entre temps, il avait été dépouillé de son téléphone portable des sous qu’il avait en poche.

Le même jour, vers 16 h30, un véhicule de transport parti de Tombouctou pour se rendre à Diré s’est fait braqué par deux individus armés à 25 km de Goundam. Les occupants ont été dépouillés de tous leurs biens.

Le 12 juillet 2017, 16 sportifs handicapés de l’équipe des personnes handicapées de la Région de Tombouctou devant se rendre à Bamako pour le championnat national des personnes handicapées ont eu le malheurs de croiser le chemin de deux bandits armés circulant à moto. Ils ont été débarqués du véhicule appartenant au service du Développement social qui les transportait. Le conducteur et les 16 sportifs handicapés ont été dépossédés tout ce qu’ils avaient sur eux. Leur état d’infirmité n’a attiré aucune compassion de la part des assaillants.

A l’annonce de la nouvelle de l’attaque, le gouverneur de la Région de Tombouctou Koïna Ag Ahmadou en fin de mission à Mopti a instruit à son cabinet de louer un véhicule pour ramener les victimes à Tombouctou. A leur arrivée au gouvernorat, elles ont été reçues par le directeur de cabinet et les conseillers spéciaux du gouverneur. Ils ont raconté qu’ils ont été abandonnés par les bandits sur la route sans même un bidon d’eau.

A toutes ces situations, il faut ajouter l’enlèvement dimanche 9 juillet d’un véhicule de type 4×4 appartenant au centre de santé de référence de Gourma Rharous, dans le Gourma entre Tombouctou et Aglal.

Le vendredi 7 juillet, un véhicule de location au compte de l’ONG ADESA (Association pour le développement endogène au Sahel) avait été pris pour cible par des assaillants à Tichift à 120 km de Tombouctou pendant qu’il transportait une équipe d’agents de santé déployées sur le terrain dans le cadre d’une opération de vaccination des enfants et des femmes. Heureusement pour cette équipe, le véhicule fut récupéré par un « poste militaire » d’un groupe armé non loin du lieu de l’enlèvement.

Dans la ville de Tombouctou, la population commence à paniquer, surtout après l’attaque contre le commandant de brigade de la gendarmerie et son chauffeur en plein centre-ville. Des gens excédés crient leur ras-le-bol. Les plus pondérés souhaitent que les autorités, les forces armées et de sécurité et la MINUSMA prennent des mesures énergiques pour restaurer la sécurité, avant que les ennemis de la paix ne viennent à bout de la patience de la population et de ce qui a été durement acquis.

Moulaye SAYAH

AMAP-Tombouctou

Source : L'Essor 14/07/17

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018