Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Grande marche du front anti referendum constitutionnel : Est-ce le début de la contestation contre le régime IBK ?

C’est à l’appel des partis politiques de l’opposition et d’une quarantaine d’associations de jeunes de la société civile, et même de certains leaders religieux, que des milliers des Maliens sont sortis pour dire Non à  la révision constitutionnelle.

De la place de la liberté à la bourse du travail, une marée humaine a battu le pavé pour demander au Président  et à son gouvernement de retirer le projet de constitution qui sera soumis au peuple le 9 juillet 2017. Les autorités maliennes tireront-elles tous les enseignements de cette première grande marche  de rejet de la nouvelle constitution ? IBK ne gagnerait-il pas en faisant  comme son prédécesseur Alpha Oumar Konaré qui n’a pas hésité à retirer son projet, en 2001, face à une contestation de moindre envergure?

Ils étaient presque tous présents, le samedi 17 juin, à l’appel du front anti referendum, pour dire non à la révision  de la constitution du 25 février 1992. La mobilisation a été à la hauteur de l’enjeu, en dépit de la tentative d’intimidation du pouvoir. Les leaders des partis politiques de l’opposition et ceux des associations comme « Trop c’est Trop, Antè A Bana », le Mouvement « Choquer pour éduquer » et mêmes des militants de certains partis de la Majorité comme l’Adéma–PASJ. Les têtes d’affiches les plus visibles étaient Soumaila Cissé, le chef de file de l’Opposition Républicaine, Modibo Sidibé, ancien Premier ministre et président du parti Fare Anka Wuli, Tiébilé Dramé président du PARENA. A côté de ces leaders politiques, on pouvait  remarquer la présence du chef religieux Chouala Bayaya Haidara,  du chroniqueur Ras Bath, mais aussi et surtout d’une pléiade d’artistes comme Master Soumi, Amkoulel, Mylmo, Ramsès, Penzy,  pour ne citer que ceux-là. Tous ont déclaré être opposé à cette révision constitutionnelle qui est non seulement inopportune, parce que portant les germes de la partition du pays, mais aussi « démocraticide », car faisant du Président de la République un autocrate. Cette marche était ponctuée de pancartes et  banderoles, affichant des slogans, comme : «  Non à la partition du Mali », « IBK, carton rouge ! », « On ne veut plus de lui », « An tè, A Bana ! », « Non au referendum », « le peuple malien a plutôt besoin de sécurité, de paix et de pain. »

A en juger par la diversité de la provenance des manifestants, lesquels étaient de tous les bords politiques (majorité et opposition) ou autres, on peut se demander si ce n’est déjà pas le compte à rebours pour celui qui vante, sans modestie, d’avoir été élu à plus de 70 %  des voix aux présidentielles de 2013.

Youssouf Sissoko

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Source : Inf@sept  19 Juin 2017

 

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017