Jeudi 17 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

ONU: le Mali plaide pour un renforcement de la Minusma et la force du G5 Sahel

La situation au Mali a été évoquée vendredi 16 juin devant le Conseil de sécurité de l'ONU, en amont du renouvellement du mandat de la Minusma d'ici la fin du mois, et alors que les pays du G5 Sahel espèrent voir le Conseil adopter une résolution soutenant la création de la force antiterroriste du G5.

Face à une situation sécuritaire de plus en plus dégradée dans son pays, Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, a plaidé pour un renforcement de la mission de l’ONU dans le pays et l'adoption très rapide d'une résolution en faveur de la force du G5.

Il y a un an, a rappelé Abdoulaye Diop, la Minusma avait vu son mandat renforcé pour être plus pro-active dans la lutte contre le terrorisme. Mais pour le ministre malien des Affaires étrangères, cela ne s'est pas concrétisé sur le terrain.

« Globalement, la posture de la mission est restée plutôt statique et défensive, ce qui a facilité la liberté de mouvement des groupes extrémistes et terroristes. Ces derniers en ont profité pour mieux s’organiser et pour multiplier les attaques contre les populations civiles, contre les forces de défense et de sécurité du Mali, mais également contre les forces étrangères. Il est important, qu’au moment où vous envisagez le renouvellement du mandat de la Minusma, que vraiment la capacité de mobilité de cette mission puisse être renforcée et que les patrouilles soient également intensifiées », a-t-il souligné.

Après le nord, le centre du Mali est désormais aussi la cible d'attaques récurrentes, a souligné le ministre. D'où l'urgence d'un soutien du Conseil de sécurité à la création de la force du G5.

« Je voudrais exprimer les vives préoccupations du président de la République du Mali, président en exercice du G5 Sahel, face aux difficultés rencontrées par le Conseil de sécurité pour l’adoption de la résolution relative au déploiement immédiat de la force conjointe dont l’annonce a cependant suscité beaucoup d’espoirs au niveau des populations de la région du Sahel. L’adoption de cette résolution enverra un message fort et sans équivoque aux groupes terroristes et aux trafiquants de tous ordres », a insisté le ministre malien.

En effet, si Paris et la majorité du Conseil soutiennent l'adoption d'une résolution, Washington et Londres traînent des pieds par crainte de signer ainsi un chèque en blanc pour le financement de cette force.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Modification par référendum de la Constitution (rediffusion)

16 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Coulées de boue en Sierra Leone : plus de 300 morts et 2 000 personnes sans abri

16 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017