Mercredi 25 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: les raisons qui expliquent le regain de violence dans la région de Kidal

Au Mali, les tensions dans la région de Kidal ne retombent pas. Au moins une dizaine de civils sont morts depuis deux semaines dans des affrontements et des représailles opposant en grande partie des membres de la Plateforme et des ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA).

Si les exactions ne font pas la une des journaux, c'est parce qu'elles se déroulent en grande partie en brousse, dans la région de Kidal. Les allégations sont donc difficiles à vérifier. Mais selon des informations concordantes, tout a commencé il y a un peu plus de deux semaines dans la localité de Djunhan. Des Idnanes, une ethnie plutôt proche des ex-rebelles, s'en seraient pris à des Imghads, plutôt proches de la Plateforme.

S’est alors enclenché un cycle de représailles qui fait toujours rage. Bon nombre d'analystes estiment que ces affrontements interethniques sont instrumentalisés à des fins politiques et militaires. Car quelle que soit la suite des événements, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) en sortira affaiblie. Si les Idnanes estiment que la CMA n'est plus capable de les protéger, ils pourraient alors « monter leur propre mouvement », explique un analyste de l'ONU. Un peu comme l'a fait en son temps Moussa Ag Acharatoumane en quittant les rangs des ex-rebelles, emportant avec lui armes et bagages pour fonder le Mouvement pour la salut de l’Azawad (MSA).

Un fin connaisseur touareg envisage l’hypothèse d’« une intervention militaire des Imghads contre Kidal », justifiée par ces accrochages répétés avec des Idnanes. C'est la hantise des ex-rebelles qui battent depuis plusieurs jours le rappel des troupes face à la menace.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Enrichissement rapide

25 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Abdelaziz Bouteflika: vers un cinquième mandat?

25 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018