Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le président Keïta à propos de son séjour en Allemange : « J’ai souhaité rendre un hommage de reconnaissance à ce pays »

A l’invitation des autorités allemandes, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a participé à Berlin, du 11 au 14 juin dernier, à la Conférence internationale « Partenariat G20-Afrique, investir dans un avenir commun ».

A l’issue de cette importante rencontre, le président Kéita a donné ses impressions à la presse qui l’accompagnait. Nous vous proposons l’intégralité de son propos.

« L’Allemagne s’apprête à abriter le sommet du G20 à Hambourg. La Conférence internationale « Partenariat G20-Afrique, investir dans un avenir commun » se tenait en prélude à cet événement. Participer à cette conférence en compagnie d’autres pays africains est une marque d’estime et de considération pour le Mali.

Les rencontres qui se sont déroulées aussi bien en groupe qu’individuellement, ont été bénéfiques. Tous ont dit l’intérêt qu’ils ont pour l’Afrique, singulièrement pour le Mali, pour la reprise de la coopération avec le Mali. Il y avait un moment d’inquiétude, de pause, dû à la situation sécuritaire. Toute chose qui avait dissuadé certains investisseurs, qui dorénavant ont décidé de revenir au Mali. J’en suis très heureux. Je viens de recevoir le groupe BASF qui est connu dans le monde entier comme l’un des plus grands groupes chimiques qui est intéressé par les intrants agricoles. Il est également un partenaire de Toguna-industrie. Il a dit son souhait d’aller plus loin encore avec Toguna en installant une unité de pesticides au Mali.

Au cours du dîner (NDLR: 4 chefs d’Etat étaient présents) que le président fédéral, Frank-Walter Steinmeier nous a offert, nous avons encore revu la coopération germano-africaine, singulièrement avec chacun de nos pays. Nous avons mis l’accent sur les questions de financement et de développement. Nous avons déploré la lenteur entre les promesses de financement et les décaissements. Cérise sur le gâteau, une délégation d’opérateurs économiques, conduite par le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, a rencontré les investisseurs allemands. La rencontre promet un lendemain brillant pour nos populations. Au total, le séjour a été très utile. Il a surtout permis de noter avec beaucoup d’intérêt la considération dont jouit l’Afrique en Allemagne. Les pays qui ont été invités spécialement, ont un lien particulier avec l’Allemagne. J’ai souhaité rendre un hommage de reconnaissance à ce pays. C’est la première fois, que l’Allemagne aligne 950 hommes au Mali (NDLR: les militaires maliens déployés au Mali). Ce n’est pas pour rien.

On sait que l’Allemagne a accompagné l’opération Serval sur le plan logistique dans notre pays. Tout cela fait que l’Allemagne s’affirme comme l’un des partenaires le plus sûr ».

Propos recueillis par

Chistiane DIALLO

Envoyée spéciale

Source : L'Essor 16/06/17

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017