Samedi 25 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Les chances d'IBK pour rempiler en 2018 étant hypothétiques : La carte Dioncounda Traoré serait-elle le plan « B » du RPM pour conserver le pouvoir ?

Les manœuvres politiciennes ont commencé à quelques mois des grandes joutes électorales, considérées comme cruciales. Sous d’autres tropiques, seul le bilan du Président sortant servira de base pour se faire réélire.

Mais au Mali, ce sont les intrigues et autres calculs opportunistes qui sont faits pour sauver les meubles. Le RPM, parti du Président Ibrahim Boubacar Keita, semble comprendre cette leçon. C’est pourquoi il tente de réorganiser la Convention de la Majorité Présidentielle, CMP, pour garder le pouvoir en 2018. Le parti des Tisserands veut mettre deux fers au feu afin de tirer profit dans tous les cas de figure. Son plan « A » est IBK et son plan « B » serait Dioncounda Traoré. Tréta et ses camarades réussiront-ils leur projet ? Dioncounda Traoré acceptera-t-il d’entrer dans ce jeu ?

Tous les moyens sont bons pour gagner, dit un adage. Face à une insatisfaction de plus en plus grande et un bilan décevant pour beaucoup, les caciques du RPM seraient en train de réfléchir à un plan B, car ils sont de plus en plus persuadés que les chances de gagner de leur candidat naturel s’amenuisent de jour en jour.

Sentant le vent du changement venir, Bocari Tréta, le président du RPM et ses camarades veulent rester au pouvoir en 2018, même en cas de défaite d’IBK. Comment, serait-on tenté de se poser comme question ? En soutenant Dioncounda Traoré au second tour au cas où ce dernier serait en pole position. Notons qu’à ce jour, la candidature de Dioncounda au sein de l’Adéma demeure encore au stade des probabilités.

Le schéma semble être tout trouvé : soutenir la candidature de Dioncounda Traoré au sein de l’ADEMA. Cette option comportera un double scénario pour le RPM : le premier serait l’élimination du candidat de l’Adéma au premier tour et un second tour entre IBK et Soumaila. Dans ce cas, l’Adéma appellerait à voter pour IBK au nom de la CMP. Le second scénario serait que si IBK venait à être éliminé dès le premier tour, laissant  Soumaila Cissé  et Dioncouda Traoré discuter le second tour, le choix du RPM serait sans nul doute fait en faveur de Dioncounda Traoré au nom de la CMP et la victoire serait probable.

Le travail de séduction du RPM  semble avoir commencé en permettant aux partis de la CMP de se retrouver en assises  pour discuter des prochaines échéances électorales, surtout celles qui sont relatives aux communales partielles, aux régionales et au référendum sur la nouvelle Constitution. Et contre toute attente, c’est le Président de l’Adéma-PASJ, le ministre des mines, Tiémoko Sangaré qui a présidé la cérémonie de clôture des assises de la CMP.

En définitive, lorsque les hommes comprendront que la meilleure stratégie politique est celle d’avoir un bon bilan pour le président sortant et un bon programme pour le candidat qui aspire au pouvoir, ils accorderont très peu d’importance aux combinaisons politiques insidieuses.

Youssouf Sissoko

Source: Inf@Sept

Commentez avec facebook

Commentaires

0 #1 CrystalGorml 21-05-2017 21:56
I see your page needs some fresh & unique articles. Writing manually is time consuming,
but there is solution for this hard task. Just search for: Miftolo's tools rewriter

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le service après-vente des résolutions se fait toujours attendre (Rediffusion)

24 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

24 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017