Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Les chances d'IBK pour rempiler en 2018 étant hypothétiques : La carte Dioncounda Traoré serait-elle le plan « B » du RPM pour conserver le pouvoir ?

Les manœuvres politiciennes ont commencé à quelques mois des grandes joutes électorales, considérées comme cruciales. Sous d’autres tropiques, seul le bilan du Président sortant servira de base pour se faire réélire.

Mais au Mali, ce sont les intrigues et autres calculs opportunistes qui sont faits pour sauver les meubles. Le RPM, parti du Président Ibrahim Boubacar Keita, semble comprendre cette leçon. C’est pourquoi il tente de réorganiser la Convention de la Majorité Présidentielle, CMP, pour garder le pouvoir en 2018. Le parti des Tisserands veut mettre deux fers au feu afin de tirer profit dans tous les cas de figure. Son plan « A » est IBK et son plan « B » serait Dioncounda Traoré. Tréta et ses camarades réussiront-ils leur projet ? Dioncounda Traoré acceptera-t-il d’entrer dans ce jeu ?

Tous les moyens sont bons pour gagner, dit un adage. Face à une insatisfaction de plus en plus grande et un bilan décevant pour beaucoup, les caciques du RPM seraient en train de réfléchir à un plan B, car ils sont de plus en plus persuadés que les chances de gagner de leur candidat naturel s’amenuisent de jour en jour.

Sentant le vent du changement venir, Bocari Tréta, le président du RPM et ses camarades veulent rester au pouvoir en 2018, même en cas de défaite d’IBK. Comment, serait-on tenté de se poser comme question ? En soutenant Dioncounda Traoré au second tour au cas où ce dernier serait en pole position. Notons qu’à ce jour, la candidature de Dioncounda au sein de l’Adéma demeure encore au stade des probabilités.

Le schéma semble être tout trouvé : soutenir la candidature de Dioncounda Traoré au sein de l’ADEMA. Cette option comportera un double scénario pour le RPM : le premier serait l’élimination du candidat de l’Adéma au premier tour et un second tour entre IBK et Soumaila. Dans ce cas, l’Adéma appellerait à voter pour IBK au nom de la CMP. Le second scénario serait que si IBK venait à être éliminé dès le premier tour, laissant  Soumaila Cissé  et Dioncouda Traoré discuter le second tour, le choix du RPM serait sans nul doute fait en faveur de Dioncounda Traoré au nom de la CMP et la victoire serait probable.

Le travail de séduction du RPM  semble avoir commencé en permettant aux partis de la CMP de se retrouver en assises  pour discuter des prochaines échéances électorales, surtout celles qui sont relatives aux communales partielles, aux régionales et au référendum sur la nouvelle Constitution. Et contre toute attente, c’est le Président de l’Adéma-PASJ, le ministre des mines, Tiémoko Sangaré qui a présidé la cérémonie de clôture des assises de la CMP.

En définitive, lorsque les hommes comprendront que la meilleure stratégie politique est celle d’avoir un bon bilan pour le président sortant et un bon programme pour le candidat qui aspire au pouvoir, ils accorderont très peu d’importance aux combinaisons politiques insidieuses.

Youssouf Sissoko

Source: Inf@Sept

Commentez avec facebook

Commentaires

0 #1 CrystalGorml 21-05-2017 21:56
I see your page needs some fresh & unique articles. Writing manually is time consuming,
but there is solution for this hard task. Just search for: Miftolo's tools rewriter

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017