Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: les autorités intérimaires installées dans toutes les régions du Nord

Au Mali, les cinq régions du Nord ont finalement toutes leurs nouvelles autorités intérimaires. Elles doivent restaurer l'Etat et préparer les futures élections, mais leur mise en place a été laborieuse ces derniers mois. A Tombouctou et Taoudéni, les derniers représentants de ces nouvelles autorités ont été installés.

A Tombouctou, les autorités intérimaires ont finalement été installées après quatre reports consécutifs. Le Congrès pour la justice dans l'Azawad (CJA), qui s'opposait à leur installation, a finalement libéré les checkpoints qu'il occupait militairement aux enchères de la ville.

« Nous avons accompagné le CJA quand ils avaient des revendications, souligne Boubacar Ould Hamadi, le président de ces nouvelles autorités intérimaires. Le CJA a demandé une inclusivité et c'est normal : l'esprit de l'accord, c'est l'inclusivité. Et aujourd'hui nous faisons en sorte que chacun se retrouve dans ce train qui va démarrer. »

Une installation laborieuse, avoue sans détour le haut représentant du président de la République pour l'accord de paix au Mali, Mahamadou Diagouraga. Mais l'intérêt de la nation a prévalu, dit-il.

Il aura fallu un nouveau gouvernement et notamment un nouveau ministre de la Décentralisation, Alhassane Ag Hamed Moussa, pour que les choses avancent. Il explique que le CJA a obtenu des contreparties. Le CJA a obtenu des postes de conseillers spéciaux au sein du gouvernorat et des postes au sein de la commission DDR (Désarmement, démobilisation et réintégration). C'est ce qui a, a priori, apaisé en partie leur revendication. En partie, car aucun membre du CJA n'était présent lors de cette cérémonie, ils ont refusé de venir y assister.

Le nouveau président des autorités intérimaires Boubacar Ould Hamadi s'est dit lui pressé de pouvoir commencer à travailler avec toutes les populations, sans distinction d'ethnies, de religion et de groupes armés, a-t-il précisé.

Toutes les autorités intérimaires sont maintenant installées dans les cinq régions du nord du Mali. Certaines depuis déjà plus d'un mois, mais le travail peine toujours à démarrer.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017