Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Gestion du front social : En une semaine Abdoulaye Idrissa fait mieux que son prédécesseur

Une semaine seulement après sa nomination au poste de Premier ministre, Abdoulaye Idrissa confirme tout ce qu’on attendait de lui. Il vient de réussir à faire reprendre le service les travailleurs de la santé, de l’action sociale et la promotion de la femme, qui ont fait plus d’un mois de grève illimitée, au grand dam des populations. Une situation qui a failli entachée le mandat de celui qui a été élu pour faire « le bonheur des Maliens ».

Une rupture avec son prédécesseur, Modibo Kéita, à ce poste qui a laissé entasser les problèmes du pays sans pouvoir les résoudre. Pourtant, il y a deux ans ce dernier avait été nommé Premier ministre, avec les préjugés favorables. Deux après, c’’est un constat d’échec au regard de l’immobilisme et du manque d’initiative de son Gouvernement. Arrivé à la Primature dans une grogne sociale sans précédente, le nouveau Abdoulaye Idrissa n’a presque pas une seconde pour juguler sa nomination.

Dès après la passation de service avec son prédécesseur, il s’est tout de suite aux problèmes. Il a d’abord rendu visite aux malades à l’hôpital Gabriel Touré et au Point G pour les réconforter et dire que l’Etat ne les a pas oubliés. Après la formation de son Gouvernement, il a engagé les ministres à renouer le dialogue avec les syndicalistes pour mettre fin à cette grève illimitée qui était pénibles pour les populations.

Les ministres commis en mission étaient, le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Pr Samba Sow, celui du commerce, Abdel Karim Konaté dit Empé, porte-parole du Gouvernement, le ministre du travail et de la fonction publique, le tout sous l’œil vigilant du ministre des finances. Ainsi, moins d’une semaine de négociation avec les syndicalistes, le Gouvernement a pu avoir gain de cause. Le syndicat de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la femme a lâché prise en acceptant les propositions faites par le Gouvernement. C’est un soulagement pour les populations qui ne comprenaient plus l’indifférence du précédent Gouvernement face à leurs problèmes.

Cette prouesse du Gouvernement est à l’actif du Premier ministre qui a tout de suite pris le problème à bras le corps depuis sa nomination. Car, plusieurs fois, les syndicalistes se plaignaient du manque de considération du Gouvernement, accusé de ne pas tenir ses engagements. Cela contraste avec son prédécesseur qui n’a rien pour résoudre le problème. L’histoire retiendra que le passage de Modibo Kéita aura été un échec à la Primature. L’héritage qu’il laisse : un front social surchauffé, un accord de paix et de réconciliation difficile à appliquer, le pays en insécurité.

Youssouf Bamey

Source : La Lettre du Peuple

Commentez avec facebook

Commentaires

0 #1 baño 25-04-2017 02:32
My hardship continued for greater than two hours.

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017