Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Grève illimitée des enseignants : L’AEEM s’inquiète et met en garde

La grève illimitée des enseignants déclenchée par le SNESUP, suit son cours normal. Soucieux du sort de ses camarades, le Secrétaire général du Bureau de la Coordination nationale de l’Association des élèves et étudiants du Mali (Aeem), Abdoul Salam Togola, était face à la presse pour exprimer son  inquiétude et inviter par la même occasion les autorités compétentes et le corps professoral à penser à l’avenir des étudiants qui sont aussi leurs enfants.

Depuis un certain temps, l’école est paralysée en raison des  mouvements des enseignants. Ce phénomène veut devenir un blocage pour la formation des élèves et étudiants, voire leur avenir, a laissé entendre Togola. Face à cette situation, l’AEEM estime que les plus  autorités scolaires et universitaires doivent  mettre les enseignants dans les meilleures conditions de vie et de travail. Car, selon lui, le métier d’enseignement est  noble et n’a pas de prix.

En revanche, le ségal de l’AEEM  a sollicité avec humilité et respect le corps professoral de penser à l’avenir des élèves et étudiants qui sont leurs enfants. En lançant un cri de cœur, le jeune Abdoul Salam a indiqué que « toute revendication d’amélioration de conditions de vie et de travail est légale et légitime , mais  doit aussi faire preuve de vigilance sur les méthodes de revendications pour ne pas faire plus de victimes » .

Mettant en garde les personnes de mauvaises volontés qui veulent aggraver leur souffrance en incitant certains délinquants à faire sortir les établissements privés, Togola a été on ne peut plus clair : « l’AEEM n’a pas  l’intention de rester bras croisés et voir leur avenir partir en fumée ». C’est pour cette raison, il a fait cinglant démenti: «Nous démentons publiquement ces affirmations et nous condamnons fermement ces actes qui n’honorent pas l’école malienne». Avant d’ajouter que celui qui sera appréhendé pour ces sorties intempestives au nom de l’Aeem sera remis aux forces de l’ordre pour répondre à ses actes. Il a soutenu que l’Association n’hésitera pas d’utiliser tous les moyens légaux pour que les élèves et  les étudiants puissent avoir une bonne formation et dans les règles de l’art.

Source : La Lettre du Peuple 20 Avr 2017

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017