Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Nomination de Abdoulaye Idrissa Maiga comme premier ministre : Le clash est-il inévitable au RPM désormais ?

Le vieil bélier de Yamoussokro Feu le Président Houphouët Boigny  ne disait –il pas que le meilleur homme politique est celui qui trahit vite et bien.

Cela veut dire qu’il ne s’agit pas d’avoir la main sur la gâchette du fusil AK44, mais qu’il faudra être toujours le premier à tirer. Avec les événements successifs au RPM depuis la prise du pouvoir par le Président IBK, on ne se trompera pas lorsqu’on dira que le ver de la discorde est dans le fruit.

D’abord par le fait qu’IBK devenu président n’a pas voulu choisir son Premier ministre dans les rangs du RPM, on peut comprendre cela. En effet il avait signé un deal avec les membres du CNRDRE. Ce deal portait sur la nomination de Moussa Mara sur lequel le choix du capitaine SANOGO s’est  porté dès le départ comme Président de la République. Mais pour cela, IBK a demandé et obtenu du CNRDRE, qu’on lui permette de choisir un économiste dans un premier temps pour faire l’évaluation  de l’économie Malienne et après ce diagnostic Moussa MARA pouvait venir. Cette proposition a été acceptée par les militaires. Voici la raison qui fait qu’Oumar Tatam LY est venu à la tête du premier gouvernement. Mais il a été empêché de travailler selon les normes républicaines.  Exaspéré par les mauvaises pratiques et les maladresses de son patron  il a préféré claquer la porte. C’est aussi la raison pour laquelle sans même consulter son Bureau Politique National, il a immédiatement nommé Moussa Mara comme son deuxième premier ministre.

Moussa Mara fut à son tour mis à la porte sous la pression de la France qui l’a désigné comme le ‘’petit imprudent’’ de l’ancien combattant du chanteur Idrissa SOUMAORO. Il a été largué également sous la pression de la CMA à cause de sa visite tourmentée à Kidal et la défaite des FAMAS en mai 2014 qui a tout de même permis au malien de savoir que Kidal n’est plus malien.

Le troisième Premier ministre fut Modibo KEITA, cet autre ancien Premier ministre d’Alpha Oumar KONARE en fin de mandat en 2002. Il fut le haut représentant du chef de l’état dans les négociations avec les groupes armés d’octobre 2014 à février 2015. Comme on peut le constater durant quatre ans le RPM n’a jamais été à la place qu’il fallait sous IBK, du fait qu’il pense que son élection n’est pas le fait de son parti, mais des religieux.

Le combat du Dr TRETA était contre une telle pratique qui frôle l’ingratitude. En voulant forcer le concept non écrit de la vraie règle et pratiques démocratiques qui voudraient que le parti qui a la majorité relative a l’Assemblée Nationale assume le poste de Premier ministre, Dr TRETA est apparu comme le comploteur contre les ambitions présidentielles d’IBK et famille pour son second mandat. Avec le remaniement du 12 Avril 2017, non seulement le tout nouveau Président du parti n’a pas été appelé au poste de dernier Premier ministre du quinquennat d’IBK, mais aussi aucun de ses supposés proches ne figure dans le nouveau gouvernement jugé par le chef de file de l’opposition de gouvernement d’attelage fait pour préparer l’élection présidentielle de 2018.

Du côté du RPM au delà du camp TRETA, le constat est amer dans la famille des tisserands, car tous les premiers cadres ont été laissés pour compte. Même l’élection du Dr TRETA à la présidence du parti a été fait au forceps, croyant ainsi que leur protégé aura un boulevard devant lui, pour assurer le dauphinat en commençant par le poste de Premier ministre. Malheureusement, cet autre coup est senti par la tendance TRETA comme une énième trahison de plus qu’elle ne saura admettre.

Va-t-on donc vers le  clash qu’a  connu tous les partis politiques du Mali ?

Disons qu’avant cela il s’est créé en 2012 entre les deux hommes le muret du quiproquo. En effet au cours de cette investiture, Dr TRETA aurait dit à IBK que : ‘’ça sera la dernière fois pour nous de te soutenir comme candidat, que tu passes ou pas’’. Cette phrase a été prononcée avant le coup d’Etat du 22 mars 2012. Avec la victoire du RPM et le recul, on s’aperçoit que Dr TRETA, en prononçant cette phrase, a signé son arrêt de mort. Quelles interprétations aujourd’hui peut-on donner à cette idée si ce n’est que, son étoile ne brillera plus avant la fin du premier quinquennat.

Seydou DIARRA

Source : Le Carréfour  20 Avr 2017

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017