Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Election présidentielle de 2018 : L’Adema accélère le choix de son candidat

De plus en plus, les nuages se dissipent sur la présentation par l’ancien parti majoritaire d’une candidature propre à l’élection présidentielle de 2018. Hier mercredi 19 avril, la réunion du Comité exécutif de l’Adema/PASJ, qui s’est tenue au siège du parti, aura été décisive.

Vu les divergences sur la question, les débats auront connu des moments très chauds faisant parfois craindre une nouvelle déchirure au sein de la Ruche.

Cette réunion intervient une semaine après la formation du gouvernement pour laquelle l’ancien parti majoritaire n’a pas été consulté dans la procédure de composition du gouvernement.  Face aux critiques, le président du parti de l’abeille, Tiémoko Sangaré s’est défendu n’avoir pas été consulté dans l’absolu. Les membres du CE ont alors décidé de prendre acte de la formation du gouvernement dirigé par Abdoulaye Idrissa Maïga.

Ils ont par conséquent décidé d’accélérer le processus de désignation de leur candidat à la présidentielle de l’année prochaine.  Cette désignation doit intervenir dans les 2 mois à venir conformément aux textes du parti.

Au terme de cette réunion la question n’est plus si oui ou non l’Adéma aura son candidat en 2018, mais plutôt  qui sera le porte étendard du parti de l’abeille solitaire.

Pour répondre à cette question, le parti devra d’abord faire taire les démons de la division et surtout se défaire de l’influence du parti au pouvoir.

Nous y reviendrons prochainement.

Bréhima Sogoba

Source : L'Indicateur du Renouveau 20 Avr 2017

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017