Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Falou, cercle de Nara : des bandits armés dévalisent C.A.E.C Jiguisèmè

La Caisse d’épargne C.A.E.C Jiguisèmè de Falou, chef-lieu de la commune du même nom, a été attaquée par des bandits armés dans la nuit de samedi 15 à dimanche 16 avril 2017. Le gardien de cette Caisse d’épargne a été évacué sur Bamako après avoir reçu une balle dans la cuisse. Le coffre-fort a été vidé de son contenu par les assaillants.

Pendant plus de 3 heures de temps, c’est-à-dire de 1h à 4 h du matin, des bandits armés, au nombre de six, ont semé la terreur dans le village de Falou, dans le cercle de Nara. Selon le 2ème adjoint au maire de Falou, Biramou Kéita, que nous avons pu joindre par téléphone, quand les bandits armés sont entrés dans le village, ils se sont attaqués à C.A.E.C Jiguisèmè, avant de repartir avec une importante somme d’argent.

Suivant le témoignage du gardien, Amala Kéita, l’un des hommes armés a escaladé le mur et tiré sur lui avant d’ouvrir la porte aux autres. Ils ont ensuite défoncé le portail avec leurs armes. Ils ont usé de leurs armes pour faire sauter le coffre-fort. Le crépitement des armes a vraiment terrorisé les villageois dont beaucoup avaient cru à une incursion de rebelles ou de djihadistes, raconte Fousseyni Doucouré, habitant de Falou.

D’après le maire adjoint, Birama Kéita, la panique était si grande que presqu’aucun responsable n’était joignable sur son portable. «J’ai appelé (par téléphone) le maire, le sous-préfet, le secrétaire général de la maire également, tous étaient injoignables. Parce que nous avons l’habitude de voir que quand ces hommes rentrent dans une ville, ils s’attaquent à toute représentation de l’Etat», explique le 2ème adjoint au maire qui accompagnait le blessé de l’attaque à Bamako. Le poste de gendarmerie le plus proche et le premier à être informé est celui de Mourdian, à 70 kilomètres de Falou. Ils n’ont pu se rendre à Falou au moment de l’attaque.

«Notre commune est vaste, nous avons besoin d’une présence militaire. Vu que l’accès est difficile, il faut impérativement des forces de sécurité pour faire face aux éventuelles attaques», souhaite Daouda Magassa, natif de Falou, conseiller au cercle de Nara.

Gabriel TIENOU

Source : Le Reporter

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018