Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Modibo Sidibé sur les réformes en cours : «Le gâchis et la désillusion, voire l’impasse, peuvent-ils être encore évités à notre peuple à quelques encablures de la fin du mandat ?»

Depuis décembre 2015, date de leur première convention nationale, les FARE ont attiré l'attention des autorités sur l'organisation des réformes. Chaque sortie, dans leurs interventions, les responsables reviennent sur le manque de cap.

Aujourd'hui, le contexte est difficile, et s’est même dégradé. Laissant peu de chances à la conduite des réformes majeures. De 2014 à 2016, les alertes des FARE n'ont pas eu d'échos favorables auprès du gouvernement encore moins du président IBK. Et pourtant, même lors de la convention nationale des FARE, 2ème session du samedi, 17 décembre 2016 – maison des aînés à Bamako, dans son discours le Président des FARE Modibo SIDIBE avait émis encore des inquiétudes. Nous vous proposons un extrait de ce discours.

«Nous indiquions en décembre 2015, que l’année 2016 qui nous porte au-delà de la mi-mandat est cruciale pour notre pays et que nous l’entamions sans cap, sans clarification sur la refondation et les réformes à entreprendre. Nous ne pensions pas si bien dire ! Tant l’année 2016 qui était stratégique pour redonner du sens à l’action gouvernementale,  dévoiler les réformes majeures à conduire, a été dilapidée par des actions erratiques, sans aucune vision ni volonté réformatrice».

«Soyons net, sans projet, ni lisibilité de l’action politique, encore moins un agenda politique clair et réalisable autour de l’accord et de ses délais, du dialogue national, de la révision de la constitution, des élections régionales et de cercle… c’est le chemin vers l’inconnue, que Dieu nous en garde !

Le gâchis et la  désillusion, voire l’impasse, peuvent-ils être encore évités à notre peuple à quelques encablures de la fin du mandat ?

Pour cela, la puissance publique doit gagner en crédibilité, dessiner le cap et retrouver l’autorité morale et la force politique nécessaires.

Le peut-elle encore, quand elle n’a pas une lecture intelligente de la démocratie représentative, pour accéder au sentiment de ce prix Nobel qui «soutient que l’essentiel de la démocratie réside non pas dans le vote, mais dans le débat public pour l’action commune».

Les FARE, ont compris dès le départ, la nécessité face à la grave crise vécue, d’une refondation par le dialogue national. Inventer un nouveau fonctionnement institutionnel, une nouvelle alliance entre les citoyens et leurs gouvernants est une exigence de  la reconstruction du Mali.

Pour l’histoire, la majorité gouvernante aura-t-elle la lucidité de poser les jalons d’une telle démarche refondatrice ? D’engager ce débat public pour un projet commun pour le Mali et dont les Maliens ont tant besoin ?

Pour notre part, ce qui serait grave, c’est qu’il n’y ait pas d’alternative, que les Maliens n’aient pas à se projeter, à dessiner un avenir et à y croire. Notre rôle, à leur écoute, c’est de construire une alternative politique crédible qui leur redonne espoir et la volonté de s’engager».

Modibo SIDIBE

Ancien  Premier ministre, Président FARE An Ka Wuli

Source: Le Reporter

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018