Jeudi 20 Février 2020
Journée de l'emploi

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Salif Keita réplique au communiqué de l’Ambassade de la France « C’est la France qui est derrière tout ce qui arrive au Mali »

Dans une interview qu’il a accordée au site d’informations Sene-Web, Salif Keita, le Domingo de la musique malienne fait des révélations fracassantes sur le système colonialiste et la crise politico-sécuritaire que la France aurait imposée au Mali. Décryptage de la vidéo !

Si l’on pensait que Salif allait mettre un peu d’eau dans son vin après la vidéo dans laquelle il tacle IBK, Emanuel Macron et la France par rapport à la gestion de la crise malienne, c’est le contraire qui s’est produit dans la nouvelle vidéo publiée par Sene-web, qui dure 3 minutes 38secondes. Dans cette sortie médiatique, il n’a pas hésité à pointer du doigt la France comme premier ennemi du Mali et des  autres pays de l’Afrique francophone. « Tout ce qui arrive au Mali, c’est les français. Toutes les attaques sont perpétrées et montées par la France », rassure M. Salif.

Quant à la question du journaliste de Sene-web de savoir ‘’dans quel intérêt se comporte la France vis-à-vis du Mali ?’’, Salif pense que la France est un pays esclavagiste qui n’a jamais libéré les colonies qu’elle continue de torturer d’une autre manière. Dans sa réponse, il explique le sort subit par les présidents de l’Afrique francophone qui font de gré ou de force l’affaire de la France. ‘‘ ils sont obligés de faire ce qu’ils ne veulent pas, parce que s’ils essaient de faire ce que la France n’aime pas, soit elle les tue ou elle les fait trahir par leur propre peuple’’. Soyons comme le Ghana qui a dit haut et fort qu’il n’a pas besoin d’aides, tout comme le Rwanda et les autres pays qui sont en train d’émerger.

Salif pense que tant que le Mali  reste esclave de la France, il ne va pas bouger. ‘‘Je suis reconnaissant que les français sont hospitaliers, mais la France est esclavagiste. Elle aime torturer. Et si les Français ne sont pas pour quelque chose en Afrique francophone, ça ne passe pas’’, laisse entendre le Domingo.

Répondant au fait que ‘’la donne change avec l’arrivée d’Emanuel Macron à l’Élysée’’, Salif Keita a rappelé un adage Bambara qui dit: « tu ne verras jamais un autre Bébé à côté de l’hyène si ce ne sont pas ses propres enfants ». Une manière pour lui de dire qu’un français reste un français, donc Macron est comme les autres.

Cela s’explique selon lui par la manière dont Macron est parti insulté et humilié le président Koboré du Burkina au vu et au su de tout le monde. Alors qu’il vaut un fils à ce dernier.

Toutefois, Salif est d’accord que c’est la faute aux présidents africains qui se laissent faire par le fait qu’ils n’arrivent pas à croire en l’Afrique. « Ce que je reproche aux africains, c’est qu’ils ne soutiennent pas leurs dirigeants. Il faut qu’ils fassent un bloc derrière leurs présidents pour qu’ils se sentent soutenus. Un seul président ne peut pas résister devant le tourbillon français. S’il a le soutien de tout un peuple, il pourra en ce moment s’imposer. Ne laissons jamais les présidents se sentir seuls. Il faut que les africains soutiennent les présidents dans la prise des décisions profitant à leurs pays », conclu-t-il.

Adama Coulibaly

Source: Nouveau Réveil

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Professeur Ahmadou Aly Mbaye, à propos de la fin du F CFA : « l’ECO a le mérite d’éjecter la France du système »

La date du 21 décembre 2019 sera historique pour les pays de la Zone CFA, qui vient de connaitre le second important changement dans son arrangement institutionnel, en 75 ans d’existence, après la non-moins historique dévaluation de 1994.

Lire la suite

Fin de la formation des jeunes communicateurs traditionnels

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La vie privée des prisonniers gondwanais

19 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Quel engagement des États-Unis pour la sécurité au Sahel

19 Février

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020