Soutien de Tiken Jah Fakoly à l’opposition guinéenne contre un troisième mandat d’Alpha Conde : Le Reggae-man Maliano-Ivoirien fera-t-il des mécontents ?

Publié le 28 octobre
Source : Inf@sept

Le très respecté artiste militant de la cause des opprimés, Tiken Jah Fakoly, semble donner de la voix pour un soutien ferme et indéfectible à l’Opposition Guinéenne dans son combat contre un troisième mandat du Président Alpha Condé.

Seydou Doumbia dit Tiken Jah Fakoly, dans une vidéo qui a fait le buzz sur la toile, s’est clairement prononcé contre le troisième mandat du Président Guinéen et apporte son soutien à ses opposants afin qu’ils soient cette digue infranchissable pour Condé. Pour lui, si Alpha Condé réussissait à briguer un troisième mandat, il fera des émules dans des pays comme la Côte d’Ivoire d’Alassane Ouattara, le Sénégal de MackySall et le Mali d’IBK. Qu’attendent les oppositions de ces pays cités pour soutenir celle de la Guinée afin que le vent de la contamination ne souffle en leur direction ? Pourquoi celui qui a chanté pour le prisonnier Condé devient subitement son opposant ?

Et pourtant, Tiken Jah Fakoly a bien chanté la geste des héros à l’Opposant Alpha Condé quand il  séjournait dans les geôles du dictateur Lassana Konté. Arrivé au pouvoir après une sortie de crise consécutive au coup d’Etat du capitaine Moussa Dadis Camara en 2010, l’éléphant que fut Condé n’est-il pas en train de devenir un petit lièvre ? C’est ce que semble dire Tiken Jah Fakoly en s’opposant à son projet de troisième mandat. Il dit même  craindre l’effet domino dans trois pays voisins de la Guinée, à savoir le Mali, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Alpha Condé va-t-il entendre  le cri de cœur de Tiken Jah pour renoncer à son projet ? Le fait de citer les trois présidents et grands voisins de  Condé ne créerait-il pas une inimitié entre l’artiste et les dirigeants de ces pays ?

Autant le vent de la démocratisation de l’Afrique, après le sommet de la Baule, a été irréversible, autant les dirigeants devraient comprendre que les peuples africains n’accepteront plus que le processus de la véritable tropicalisation de la démocratie  soit interrompu. Laurent Gbagbo, l’ancien Président Ivoirien,  Blaise comparé, celui du Burkina Faso en ont appris à leurs dépens. Chassé du pouvoir comme des malpropres, ils ont tous écrit une page sombre de l’histoire de leurs pays respectifs, en ayant sur leur conscience des milliers de morts.  Alors que la plaie de ces deux pays ne s’est pas cicatrisée d’abord, voilà que d’autres sont tentés par la même aventure. C’est le cas du Président guinéen Alpha Condé et surtout d’ADO, sur qui un fort soupçon pèse. Le Président Ivoirien Alassane Ouattara qui laisse toujours perdurer le suspens à un an de la  Présidentielle, fait jaser beaucoup d’analystes politiques qui pensent à tort ou à raison que s’il n’a aucune ambition pour un troisième mandat, aurait dû faire comme Mahamadou Issoufou du Niger qui a coupé court à toutes supputations en désignant son dauphin. Le temps nous donnera raison ou tort. Quant au Sénégal et au Mali, sachant bien que  les peuples n’accepteraient pas, les Présidents de ces deux pays n’oseront même pas tenter cette aventure à l’issue incertaine.

Quant à Alpha Condé, ce charismatique ex opposant,  est en passe de devenir un piètre Président, en dépit de son bilan fort appréciable et cela à cause de ses ambitions démesurées. A plus de 80 ans, dont 40 dans l’opposition, le Président Alpha Condé risque de sortir par la petite porte de l’histoire. Pour éviter de finir sa carrière en bourreau, il doit renoncer à  un troisième mandat.

En somme, le combat de Tiken Jah Fakoly est celui de toutes les forces patriotiques, de tous les démocrates du continent africain

Source : Inf@sept 28 Oct 2019

Commentez avec facebook