Vendredi 23 Août 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: mort de Seydou Badian, figure historique depuis les indépendances

Au Mali, Seydou Badian est décédé la nuit dernière à l’âge de 90 ans à Bamako. Ecrivain internationalement reconnu et homme politique, il est médaillé d’or de l’indépendance du pays en 1960 et ancien proche du président Modibo Keïta.

« Le Mali a perdu une boussole importante, au moment où il peine à trouver sa voie », a écrit l’ancien Premier ministre Moussa Mara sur son compte Facebook. Avant d’ajouter: « Il était l’un des derniers Maliens qui fait l’unanimité, tant son engagement, son patriotisme et son sacrifice permanent pour notre pays n’ont jamais été pris en défaut pendant ses soixante dernières années. »

L’ancien chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, s’est dit lui « attristé par sa disparition » et parle d’une « figure historique du Mali » et d’un « grand homme d’Etat & des Lettres. »

Célèbre écrivain et auteur de plusieurs ouvrages, Seydou Badian est l’auteur des paroles de l’hymne national du Mali. Après la proclamation de l’indépendance, il occupe plusieurs portefeuilles ministériels sous le régime du parti unique qu’il considérait, à l’époque, comme « le seul moyen de créer la Nation. » Mais lors du coup d’État de Moussa Traoré en 1968 qui a renversé le pouvoir de Modibo Keïta, il est déporté à Kidal puis s’exile à Dakar au Sénégal.

Il vivait depuis à Bamako où s’est présenté aux élections en 1997 avant de se retirer et où il a été sacré lauréat du Grand Prix des Mécènes aux Grands prix des associations littéraires (GPAL) en 2017.

Source : Mikado FM

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La transhumance politique [Rediffusion]

22 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] La Libre Antenne

23 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2019