Lundi 18 Mars 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Idrissa Touré «Nani» : L’HOMME D’UN EXPLOIT S’EN EST ALLÉ

Dans la carrière de tout footballeur il y a un match particulier où le joueur se distingue de façon particulière. De ce match il sort auréolé. Idrissa Touré «Nani» a eu son jour, lors d’un match sous haute tension au Kumassi Stadium contre le Sénégal.

La particularité de cette rencontre provenait du fait que l’Equipe nationale (EN) affrontait en cette année 1963 un pays avec lequel le Mali s’était brouillé avec l’éclatement de la Fédération du même nom. L’esprit soudanais a fait dire aux dirigeants de notre football que les joueurs devaient gagner cette rencontre ou mourir. Pour preuve «certains d’entre eux sont restés dans les vestiaires jusqu’à la fin de la rencontre», nous a confié feu Cheick Kouyaté.

Dès l’entame du match, «Nani» de son poste d’ailier droit attaqua, bille en tête le latéral sénégalais, le mis dans le vent et centra. L’occasion déboucha sur un cafouillage d’où l’adversaire se tira in-extrémiste. L’Equipe nationale prit, ainsi, un ascendant psychologique sur les poulains de Raoul N’Diaye, celui là même qui a été l’entraîneur de l’équipe fédérale du Mali. Au quart d’heure de jeu, «Nani» revint et cette fois son centre fut détourné dans le but sénégalais par le même latéral, Mamadou Diop.

Un troisième centre amena le second but malien. Le score sera clôt avec un troisième but après la réduction du score par le Sénégal. Ce succès de 3-1, l’EN le devait à son ailier de poche «Nani» qui réalisa ce jour là le meilleur match de sa carrière en Equipe nationale. Au retour de l’équipe malgré la défaite (0-4) contre le Ghana en finale, le président de la République, en la personne de Modibo Keïta se leva lors d’une rencontre pour applaudir Idrissa Touré lequel a porté pour la première fois le maillot de l’EN le 5 mars 1961, face au Ghana.

Il l’a étrenné à 35 reprises, la dernière contre la Haute Volta (actuel Burkina Faso) le 2 mars 1967.  Cela a fait de lui un élément essentiel de la sélection. L’exploit de «Nani» en 1963 lui a permis d’avoir une bourse de formation à Leipzig (ville jumelle de Bamako) pour une formation de jeunes. C’est de là qu’est parti véritablement la seconde vie de «Nani», une carrière d’entraîneur. Celui qui a gagné, en tant que joueur, 6 coupes du Mali, reprit le service auprès de son ami et coéquipier Ousmane Traoré Ousmane Bléni la Direction technique de l’équipe du Réal de Bamako, son club de toujours, avec lequel il gagnera 3 titres de champion et une coupe du Mali (1980). «Nani» a pris du galon en devenant l’entraîneur adjoint de l’Equipe nationale sous la direction de l’Allemand Manfred Steeves. Episode douloureux pendant lequel le duo réussit l’exploit d’aligner contre le Maroc en 1984 une Equipe nationale «sans attaquant».

Idrissa Touré, après cet épisode peu glorieux, héritera de la sélection junior en 1987. Grâce à une vague de talents précoce amené par Amadou Bass l’équipe devint vice-championne d’Afrique contre le Nigeria et obtint son ticket pour le Mondial de la catégorie, en 1989 en Arabie Saoudite. Ce parcours glorieux contribua à atténuer l’image d’homme colérique et surtout accrocheur de Nani. C’est que après avoir eu un enfant (Sory Ibrahim Touré «Binkè») dans EN junior et senior, puis un second, en l’occurrence Bassala Touré, «Nani» a fini par décrocher des activités du football. Le père de famille s’était substitué à l’entraîneur. A 80 ans, il a tiré sa révérence le jeudi 25 octotre. Dors en paix NANI !

M. DIARRA

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Prix Oumar Diallo 2019 : Mariam et Abdrahamane raflent la mise

L’espace culturel « La Gare » sise au Centre commercial de Bamako a abrité ce mercredi 27 février la cérémonie de remise de la 3ème édition du Prix Oumar Diallo

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Tout a un prix même un député

18 Mars 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Felix Tshisekedi: de la parole aux actes?

18 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2019