Vendredi 16 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Safia Boly, ministre de la réforme de l’Etat et de la transparence de la vie publique : « Je n’ai jamais fait l’objet d’une sanction disciplinaire »

Lors d’une conférence de presse, le vendredi 19 octobre dernier, la ministre de la réforme de l’Etat et de la transparence de la vie publique, Safia Boly s’est prononcé sur l’incident qui s’est déroulé en 2013, en Ouganda, au Centre d’appui régional au maintien de la paix entre elle et un agent qui travaillait sous sa responsabilité à l’époque.

Selon la ministre, les personnes qui ont écrit dans la presse écrite ou ailleurs ont joué un rôle qui visait à améliorer la transparence. En effet, elle a fait savoir que l’affaire ne s’est pas passée à la Minusco, mais plutôt en Ouganda au Centre d’appui régional au maintien de la paix. Ainsi, il dira qu’aux Nations Unies, la culpabilité d’un agent de personnel de l’ONU n’est pas établie par un tribunal administratif mais par le règlement intérieur.

« Le règlement intérieur est très clair, la personne qui établit la culpabilité est la sous-secrétaire générale en charge de la gestion des ressources humaines mais pas un tribunal administratif », a déclaré la ministre. Reconnaissant cette situation qui s’est produite au moment où elle travaillait aux Nations Unies, elle dira qu’il y a eu en effet un incident et qu’il y a eu des investigations et des enquêtes conformément au règlement intérieur des Nations Unies.

« La  sous-secrétaire générale en charge des ressources humaines a établi en mai 2016 que des actions que j’ai eu à ce moment-là ne constituaient pas un abus de pouvoir », a précisé la ministre. Tout en soulignant que le tribunal a émis une opinion en juin 2016 et qu’en se référant au secrétaire général qui a établi en novembre 2016, que c’est en fonction du règlement intérieur que l’entité qui était censée mettre en œuvre cette revue l’avait déjà faite au mois de mai et qu’aucune action ne devrait être prise.

«J’ai fait 16 années  à l’ONU et partout dans ma carrière que ce soit à la Banque Mondiale, à la SCFI je n’ai jamais fait l’objet d’une sanction disciplinaire. Mes délégations de pouvoir par rapport aux recrutements, aux  achats et aux dépenses n’ont jamais été modifiées, tout le contraire», a déclaré la ministre. Ensuite, elle dira qu’elle a eu l’opportunité après de quitter l’Ouganda pour aller au Congo où elle a eu à diriger une division. Selon la ministre, si elle était l’individu à haut risque tel que défini dans le document, les Nations Unies n’auraient pas à lui confier cette tâche si lourde.

Ousmane Baba Dramé

Source : Le Républicain 23 Oct 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La cour de récré

15 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: vers une amnistie de Karim Wade et Khalifa Sall?

15 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018