Dimanche 21 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

L’ADEMA aux prochaines législatives en commune IV : L’option gagnante de la candidature de la fille de Dioncounda

En conférence de section, qui s’est prolongée dans la nuit du mercredi 12 septembre au Manège de Lafiabougou, le secrétaire général de la section commune IV de l’ADEMA-PASJ, le ministre Adama Tiémoko Diarra a pu convaincre les militants, malgré les réticences, à désigner Mme Aissata Traoré dite Pitchou, la fille du Pr Dioncounda Traoré comme candidate du parti aux prochaines élections législatives. Ce que de nombreux militants, dont ceux proches d’Oumar Bassy Sanogo, le fils de Kalifa Sanogo n’ont pas accepté…

Même si les élections législatives, prévues précédemment pour le 28 octobre (1er tour), viennent d’être reportées au 25 novembre, les grandes manœuvres pour constituer les listes de candidatures vont bon train et peuvent faire grincer des dents dans certaines formations politiques.

Lors de la conférence de section pour le choix du candidat de l’ADEMA-PASJ, le ministre-secrétaire général de la section, Adama Tiémoko Diarra a clairement indiqué qu’il est souhaitable que l’ADEMA qui va s’allier au RPM, présente un candidat qui rassemble et qui est compétent. Neuf prétendants émanant de différentes sous-sections ont été enregistrés. Il a plaidé pour un choix par consensus. Ce qui fut impossible, malgré les désistements de certains candidats. Au final, il ne restait en lice que les candidatures d’Aissata Traoré dite Pitchou et Oumar Bassy Sanogo, tous deux de la sous-section de Lafiabougou.

Pour certains intervenants lors de cette rencontre, le président de la République voulant, durant ce second mandat, promouvoir la femme et la jeunesse, le choix au niveau de la section doit se porter sur la fille de l’ex-président du parti non moins ancien président de la République par intérim, Pr Dioncounda Traoré. Et le Secrétaire général n’a pas fait mystère de sa préférence pour la carte Aissata Traoré dite Pitchou. Un choix que n’approuvent pas certains cadres et militants de la section.

Contacté par nos soins, le ministre Adama Tiémoko Diarra a expliqué que « la candidate retenue a bénéficié de 66 voix pour, 9 voix contre. Peut-on parler dans ce cas de candidature contestée ? ». Avant d’ajouter que « parmi les candidats déclarés, toute autre candidature, en dehors de celle-là, n’allait être compétitive et, au-delà, aurait fait exploser le parti… »

Il faut rappeler que la fille du président de la transition de 2012-2013, Pr Dioncounda Traoré, est réputée très engagée sur le terrain social et politique. A travers son association Yèrèko, cette brave dame de cœur a aidé de nombreux jeunes à trouver du travail. Elle a régulièrement aidé des veuves et orphelins. Et l’association Yèrèko a même eu des élus à l’intérieur du pays comme à Mopti.

Au plan politique, elle est membre du comité Borodian de l’ADEMA-PASJ à Lafiabougou. Elle a énormément travaillé pour la promotion du parti avant de se mobiliser pour la cause du président IBK dans le cadre de la récente campagne pour sa réélection.

Bruno D SEGBEDJI

Source : Mali-Horizon 17 Sep 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La transhumance politique

19 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

19 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018