Mardi 19 Février 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Affaire du putsch manqué au Burkina Faso : Thomas Boni Yayi sur le banc des témoins !

Dans l’affaire du putsch  manqué de 2015 au Burkina Faso, l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi est cité parmi les témoins. Il se dit être disposé à être auditionné chez lui par les tribunaux burkinabè.

L’ancien président béninois, Thomas Boni Yayi se retrouve sur le banc des témoins dans l’affaire dont les principaux acteurs sont Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé au Burkina Faso. Il s’agit du putsch avorté de 2015 dans ce pays. Cité comme témoin, l’ex-président béninois se dit prêt à être entendu à tout moment par les juges burkinabè. Toutefois, son souhait est que ceux-ci viennent chez lui à Cotonou pour l’auditionner.

Rappelons que ce putsch a occasionné la mort de 14 personnes et a fait 251  blessés. Dans cette affaire, les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé sont soupçonnés d’être les principaux acteurs.  Nous savons que le jugement de ces hommes a été de tout temps reporté depuis 2015 jusqu’à nos jours suite à des mésententes entre des avocats de la partie civile  ou encore entre ceux de la défense. Lors de la dernière séance, nous savons également qu’il y avait eu des reports d’avocats et il fallait que ces parties aient des avocats pour défendre leur cause. Ce jugement est juste semé d’embûches. La prochaine comparution est prévue pour le 29 juin prochain.

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Redevenir opposant historique

18 Février 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Libye : que reste-t-il de la révolution de 2011 ?

18 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2019