Dimanche 24 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Cour d’Appel de Bamako : Pour avoir assassiné son épouse Maïmouna Kamissa Sissoko

Aboubacar Guèye Fall, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité Inculpé pour ” assassinat ” et ” détention illégale d’arme à feu “, Boubacar Guèye Fall a été reconnu coupable par la première session de la Cour d’assises de Bamako.

Ainsi, à l’issue des débats très houleux entre un parterre d’avocats de la défense et le ministère public, il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

De l’arrêt de renvoi, il ressort que le drame s’est produit dans la nuit du 23 janvier 2016. Le couple Fall avait assisté à deux cérémonies de mariage. La première consistait à rassembler le trousseau de la nouvelle mariée à Badalabougou et la seconde, dans l’après-midi avait lieu à Lafiabougou, au domicile de l’ancien président de la transition Dioncounda Traoré, dont l’une des filles devait se marier.

Après ces cérémonies, le couple Fall est retourné à la maison pour ne ressortir qu’aux environs de 22 heures pour se rendre à l’hôtel Radisson Blu où devait se dérouler le dîner gala pour le mariage de la fille de Dioncounda Traoré. En cours de route, l’époux a abordé son épouse, Maïmouna Kamissa Sissoko, par rapport à la gestion du personnel domestique (le gardien et l’aide-ménagère). Celle-ci s’est emportée et a tenu à son égard des propos outrageants. Cela s’est passé après qu’ils ont dépassé le siège de la Direction générale de la Banque nationale de développement agricole (Bnda) à Hamdalaye ACI 2000.

Enervé par ces propos alors qu’ils se trouvaient au niveau du rond-point près du super marché “Mille et une merveilles“, Aboubacar a contourné l’intersection pour se diriger vers l’ancien siège de l’agence principale de la Bms-sa. Ainsi, il a immobilisé son véhicule, s’est saisi de son pistolet automatique de calibre 9 millimètres sous le siège conducteur et a tiré à bout portant sur son épouse, à la partie globe oculaire de sa tête, comme en témoigne la photo versée dans le dossier de la procédure.

Aussitôt après, Aboubacar Guèye a appelé sa grande sœur Oumou Fall qui se trouvait déjà à l’hôtel Radisson Blu. Celle-ci, à son tour, a informé son frère Modibo Fall. Ensemble ils se sont rendus sur les lieux. Entre-temps, le commissariat du 14ème arrondissement était déjà sur les lieux. Après avoir tenté de se suicider en pointant son arme sur sa tempe, Aboubacar Guèye avait fini par imposer aux policiers un scénario de course-poursuite dans différentes artères de l’ACI 2000 avant de se livrer.

Conduit et interrogé au commissariat du 14ème arrondissement, le suspect a reconnu sans détour avoir tiré sur son épouse à l’aide d’une arme à feu. Devant la Cour, l’accusé, Boubacar Guèye, a également reconnu les faits à lui reprochés.

Il a expliqué qu’il a agi sous l’effet de la colère. Et d’ajouter que l’arme qui lui a servi pour commettre le crime était dans sa voiture pour “assurer sa propre sécurité”.

Dans son réquisitoire, le parquet a demandé que l’accusé soit condamné pour les faits à lui reprochés “assassinat et détention illégale d’arme à feu” conformément aux articles 199 et 200 du Code pénal.

Malgré la requête des avocats de la défense demandant de lui accorder des circonstances atténuantes afin que les deux enfants issus du couple puissent bénéficier de la présence de leur père, la Cour a retenu Aboubacar Guèye Fall dans les liens de l’accusation en le condamnant à la réclusion criminelle à la perpétuité.

                          Boubacar PAÏTAO

 

Nous en avions fait l’écho :

– Aboubacar G. Fall se rendait au mariage de Pitchou, la fille de son oncle Dioncounda Traoré

– Le mariage célébré avec fastes n’aura duré que près d’un an

Nous avions fait écho de cette affaire en son temps. Aboubacar Guèye Fall, ingénieur de profession, est un neveu du Professeur Dioncounda Traoré et il avait justement tué froidement son épouse, Maïmouna Kamissa Sissoko, suite à une discussion enflammée dans le véhicule qui les amenait au dîner-gala offert à l’occasion du mariage de la fille de Dioncounda Traoré, Pitchou, avec un certain Baba Maïga. Un mariage célébré avec orchestre et une horde de griots et dont les Maliens se souviennent encore, tellement l’argent y avait coulé à flots et s’y retrouvait tout le gotha de la République, pour savourer la musique débitée par le Rossignol du Mandé, Salif Keïta, payé à plusieurs dizaines de millions de nos francs pour la circonstance.

Malgré tout ce faste, le mariage n’a duré que le temps de digérer les bons moments de la lune de miel aussitôt transformée en une lune de fiel. Après des mois de séparation de corps, ce fut le divorce au bout d’une année qu’aura duré ce mariage ayant fait couler beaucoup d’encre, de salive et surtout d’argent liquide.

On ne sait pas trop comment la fille du Professeur Dioncounda Traoré, Pitchou, s’était subitement entichée à Baba Maïga, mais leur mariage s’est déroulé au moment où le divorce controversé de Baba Maïga d’avec la fille de l’ex Pdg du Pmu-Mali, Haïdara, défrayait la chronique. Surtout à cause de la manière cavalière dont Baba Maïga s’est débarrassé de cette dame dont le père venait de perdre son fauteuil de responsable de la société publique de jeux, avec en plus des démêlées judiciaires. Baba Maïga avait pris le large, réussissant à dégoter un certificat de divorce, malgré la volonté de la Dame, surprise de se voir ainsi notifier cet acte. Et nous en avions aussi fait écho dans les colonnes de ce journal.

A.B.H.

Source: Aujourd'hui

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Du foot tout le temps (rediffusion)

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018