Mardi 23 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Dioncounda Traoré à ses amis : «Je serai en mission du parti»

C’est un secret de polichinelle. L’investiture de Dioncounda Traoré à la candidature de l’Adema n’est qu’une question de jour. L’homme l’a récemment confié à son cercle d’amis : «si le parti me met en mission, je l’accomplirai».

Il y a quelques semaines, nous rapportions dans ses mêmes colonnes que le Professeur Dioncounda Traoré sera candidat à la présidentielle de 2018. Les nouveaux développements au sein de la Ruche sont sur le point de nous donner raison. Les supputations et les commentaires vont bon train au sujet de la candidature de l’ancien président de la transition, Pr. Dioncounda Traoré. Même si des sceptiques, à l’image du député Yaya Sangaré, chargé de la communication du parti, annoncent le contraire, l’intéressé a confié récemment à ses amis qu’il sera en mission pour le parti. Cette phrase a sonné chez eux comme une confirmation de la candidature de Dioncounda Traoré à la présidentielle de juillet prochain.

Une source proche de l’intéressé nous confie que Dioncounda Traoré est bel et bien candidat. Il serait même le choix du comité directeur des abeilles. Selon notre source, l’effet d’annonce qui fait croire qu’il n’est pas candidat et qui est véhiculé par le député Yaya Sangaré n’est qu’une stratégie pour brouiller les pistes. Elle ajoute que l’homme joue au désintéressé et souhaite que le comité directeur le propose comme leur candidat. Ainsi, il sera mis en mission et pourra justifier aisément que c’est une décision du parti.

Aussi, cette source estime que Dioncounda Traoré s’est déjà préparé à cela, car il a actualisé tous ses documents administratifs il y a quelques jours.

Notre interlocuteur avance aussi que son choix n’est pas fortuit au sein de la Ruche. Car, la multiplication des candidatures à l’investiture du candidat du parti ne présage rien de bon pour les abeilles. Le parti en pâtirait comme lors de la présidentielle. Egalement, il indique que pour la cohésion et la sérénité, il n’y a que Dioncounda Traoré qui puisse faire l’unanimité et éviter une énième cassure à l’Adema. Notre source est persuadée que la candidature de Pr Traoré fait certes peur à beaucoup dans la Ruche, notamment ceux qui ont des ambitions démesurées, mais le comité directeur serait convaincu qu’il va rassembler tout le monde.

Qu’à cela ne tienne, Dramane Dembélé, l’un des sérieux prétendants à la candidature du Pasj, a déclaré se retirer de la course si et seulement si celui qu’il qualifie de père spirituel se présentait.

En principe, c’est demain mardi que le processus connaitra son épilogue, même si les conclusions de la commission d’investiture sont disponibles depuis le jeudi dernier.

Pour plusieurs observateurs, si le parti venait à mettre Dioncounda Traoré en mission, cela suppose qu’IBK n’est pas candidat. Au delà d’IBK, plusieurs candidatures de façade déclarées çà et là vont se retirer pour soutenir la candidature de l’homme, au risque de se retrouver dans un scenario avec un seul candidat.

A suivre.

Hamadoun KARA

Source: Azalaï-Express

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Limitation des mandats

23 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Paul Biya réélu: et maintenant?

23 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018