Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Graine de vérité : Où est passé l’ancien PM Modibo Kéita ?

La vidéo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux durant toute la semaine écoulée est bien celle de l’ancien ministre des Domaines d’Etat, des Affaires Foncières et de l’Habitat, Me Mohamed Aly Bathily.

Il s’agit d’une interview qu’il a donnée à l’agence OM (Ouverture Média) au cours de laquelle, il est revenu sur l’affaire de Souleymanebougou. Dans un langage exempt de toute équivoque, il a dénoncé l’hypocrisie qui caractérisait la gestion de l’ancien Premier ministre, Modibo Kéita. « Feu Sada Samaké m’a dit de faire attention à ces gens (l’ancien PM et sa suite) car ils sont capables de t’abandonner seul en cas de problème… » a dévoilé Me Bathily, tout en regrettant l’attitude de double-face de cet ancien Premier ministre dans cette affaire.

Me Bathily est certes quelqu’un  qui n’évite pas les sujets qui fâchent (quand il affirme par exemple d’avoir dit ouvertement au président IBK qu’il a échoué), mais  il n’est pas du genre à faire de procès d’intention aux autres. Surtout contre un Premier ministre, qui n’est pas à la base de sa sortie du gouvernement. Tout  au moins, cette révélation lève encore une fois la voile sur le vrai visage (plus sombre que ce qu’il porte) de l’ancien Premier ministre.

Modibo Kéita a pleinement jouit de la  confiance du ‘’Prince du jour’’. Mais en retour il n’a posé  aucun acte pouvant permettre au président IBK de fixer le cap pour un deuxième mandat. Bien au contraire.

D’ailleurs, il a réussit à écarter du pouvoir tous ceux qui pouvaient constituer un soutien de grande portée à Mandé Massa à l’heure de vérité. En illustre la manière dont Mamadou Igor Diarra fut dessaisi de son portefeuille de l’Economie et des Finances (cf. son livre ‘ « C’est possible au Mali »).

Certainement, par devoir de réserve, toutes ces personnalités ne vont pas faire étalage sur la place publique des coups nuisibles de ‘’Van Djan de Méguetan’’  sur l’avenir du régime. Car  ses agissements crevaient les yeux et étaient souvent dénoncés, mais à chaque fois c’est IBK, lui  même qui sortait pour dire que l’honneur de son grand frère n’est pas « à donner au chien ». Se plaisant dans son bureau luxueux de la cité ministérielle, le vieux ‘’sapeur’’ a plombé le pays en plongeant tous les secteurs de développement dans un marasme indescriptible, enflammant du coup le front social (où tous les secteurs vitaux étaient en grève illimitée) tout en gratifiant les leaders des mouvements armés des traitements princiers (histoire de dire que le septentrion fut pacifié).

En maraboutant le ‘’Mandé Massa’’, Modibo Kéita avec la plénitude de ses privilèges en deux ans et demi (la plus longue durée à la Primature du mandat actuel),  a pesé négativement dans la balance politique. Il s’est évertué même à reléguer au second plan le parti originel du président de la République, ainsi que la Convention des Partis politiques de la Mouvance présidentielle, laissant du coup le terrain politique à l’opposition de passer sous toutes les coutures un moindre fait du régime. De ce fait, IBK s’est curieusement retrouvé sans socle politique, ni grands hommes politiques parmi son cercle d’amis. Parce qu’il a fait le choix de prendre pour parole d’évangile tout ce que son ‘’grand frère’’ lui apportait et ayant pris trop de retard pour se séparer de lui, aujourd’hui il se retrouve seul au centre de ses propres erreurs d’appréciation. Et pourtant, un président de parti de la majorité présidentielle, ex-membre du gouvernement à l’habitude de dire au ‘’Mandé Massa’’ de ne pas boire tout ce que le PM Kéita lui donnait, car en 2018 « Modibo Kéita sera à cultiver paisiblement son jardin, ce sont eux qui vont rester ». Nous voilà à l’heure du bilan. Va-t-on chercher ‘’Van Djan de Méguetan’’ ?

 Moustapha Diawara

Source: Le Sursaut

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018