Vendredi 25 Mai 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Liberia: Sirleaf exclue de son parti à 8 jours de la passation de pouvoirs

Le parti au pouvoir au Liberia a annoncé dimanche l'exclusion de la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf, lui reprochant de ne pas avoir fait campagne pour son vice-président Joseph Boakai, battu par George Weah au second tour le 26 décembre.

Mme Sirleaf, 79 ans, qui cédera le pouvoir le 22 janvier, ne pouvait se représenter, après deux mandats consécutifs de six ans.

George Weah, sénateur et légende du foot, l'a emporté sur Joseph Boakai par 61,5% des voix contre 38,5%.

Le Comité exécutif du parti de l'Unité, la formation de M. Boakai et Mme Sirleaf, première femme élue à la tête d'un Etat africain, a "voté l'exclusion" de cette dernière, ainsi que de trois autres de ses dirigeants, selon le communiqué.

Leur sont reprochées "des violations de la Constitution du parti", imposant notamment à ses membres de "faire campagne aux élections pour le candidat du Parti de l'unité", ainsi que "d'autres actions attentatoires à l'existence ou la réputation" de cette formation.

"Le comportement des personnes exclues constitue également un sabotage et a nui à l'existence du parti", selon le texte.

M. Boakai, perçu comme l'héritier naturel d'Ellen Johnson Sirleaf, avec laquelle il a été élu puis réélu sur un "ticket" présidentiel, a pris ses distances avec la Prix Nobel de la paix 2011, qui n'est pas apparue dans sa campagne.

Les commentateurs politiques estiment que M. Boakai lui-même a cherché à se démarquer de la partie la plus contestée du bilan de l'administration sortante, notamment les difficultés économiques vécues par la grande majorité des Libériens et les accusations de corruption, voire de népotisme.

Le candidat arrivé troisième lors du premier tour, le 10 octobre, Charles Brumskine et M. Boakai, ont accusé la présidente d'avoir pesé sur les résultats, notamment en rencontrant à son domicile des responsables de la Commission électorale quelques jours avant le vote.

Cible de violentes critiques, y compris au sein de son propre parti, Mme Sirleaf, avait estimé le 7 novembre que "la démocratie était attaquée" au Liberia, exhortant la classe politique à se ressaisir, dans une déclaration lue à la radio.

"Les allégations, le discours de haine, le langage rétrograde, ont caractérisé ce qui devrait être un moment de fierté dans notre histoire", avait-elle déploré la première transition entre deux présidents élus dans ce pays d'Afrique de l'Ouest depuis plus de 70 ans.

Source : AFP 15/01/18

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

Souleymane Koné, cadre du parti FARE évoque « Le Mali face au péril IBK » : « nous sommes devenus la risée du Sahel »

« Le Mali aura le 29 juillet prochain le choix entre l'affaissement actuel et le redressement. C'est dire qu'il n'y aura pas d'alternative à l'alternance. S’il n’y a de bilan pour le quinquennat du Président IBK, par contre une suite de souffrances et détresses infligées au peuple et au pays en dit long sur la ruine du Mali sous son mandat.

Lire la suite

Blog

« Cultivez vos propres champs ! », dixit le Pr Clément Dembélé

« Jeunes maliens, Je vous vois un jour tous ensemble dans « le parti du peuple malien » au lieu de vous diviser pour des gens qui n’ont rien donné autre que la désuétude politicienne dans ce pays.

Ne soyez pas porteurs de témoin de cette déception dont vous en êtes victime. Cultivez vos propres champs!!!

Lire la suite

Présidentielle 2018 : La Voix de la Société Civile

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

L’hôpital public est mort (rediffusion)

24 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: les universités en ébullition

24 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2018