Lundi 15 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

4é édition des ‘’Fanga Tigui’’ : Cheick Oumar Diallo dit Danger détrône Manhi Dembélé

La quatrième édition de la compétition d’haltérophilie dénommée ‘’ Fanga Tigui’’ s’est déroulée le Dimanche 03 Décembre 2017 sur le terrain de l’Hippodrome.

Placée sous la présidence de Seydou Cissé qui représentait Alhouisseini Abba Maiga le parrain de l’événement avec à ses côtés Abdoulaye Koné dit Ladjaba l’organisateur principal et une pléiade d’invités dont Tieblé Dramé, Djiguiba Keita dit PPR. Cette cinquième édition du tournoi des Fanga Tigui a enregistrée la participation d’une trentaine de participants et s’acheva par le sacre de Cheick Oumar Diallo dit Danger.

La cinquième édition de la compétition d’haltérophilie a tenu en haleine le public sportif d’Hippodrome venu nombreux pour être le témoin oculaire de la démonstration de force des haltérophiles de la capitale malienne. La trentaine de participants devaient au début soulever la barre de 140 kg à huit reprises, dans cette phase beaucoup de conquérants au titre tombèrent. Les trois plus résistants à savoir Cheick Oumar Diallo dit Danger et Oumar Sissoko parviennent tous à soulever la barre à huit (8) reprises sans arrêt. Les arbitres pour départager les protagonistes mettent la barre à 160 Kg que les lauréats devaient soulever à six (6) reprises.

Les trois se talonnent dans cette étape. A 180 Kg Oumar Sissoko dit Wara tombe et Cheick Oumar Diallo dit Danger se qualifient pour la finale de la quatrième édition des Fanga Tigui. A la finale la barre était 180 Kg que les finalistes devaient soulever à quatre reprises. Oumar Diallo dit Danger sans ambages soulève la barre devient détrônant du coup le champion sortant Manhi Dembélé qui pour des raisons professionnelles n’a pas puis venir défendre sa couronne. Cheick Oumar Diallo sous les brouhahas de ses fans venus nombreux pour le soutenir emportant un trophée et la somme de 100 000fcfa.

Le vice champion a eu 75 000 FCFA et le troisième est reparti avec 50 000FCFA « Je suis heureux de remporter pour la première fois ce trophée qui me fuyais tant ; je suis désormais le champion incontesté de cette discipline, ce trophée je le dédie à mes parents, à mes fans du district de Bamako. Mon souhait est de participer à des compétitions internationales afin de me frotter aux champions d’autres pays et de ramener le trophée au Mali  » a déclaré Cheick Oumar Diallo.

Tieblé Drame qui a remis le trophée au champion s’est réjoui de l’esprit de fair-play des lauréats tout en rassurant l’organisateur principal Abdoulaye Koné Ladjaba que son accompagnement ne fera pas défaut afin de permettre à la discipline de prendre son envol. Abdoulaye Koné dit Ladjaba a félicité le champion Cheick Oumar Diallo et tous les participants au tournoi pour leur combativité. Il a lancé un pressant appel à l’endroit des operateurs économiques et tous les amoureux de la discipline à financer l’événement dans le but de permettre aux haltérophiles de sortir de l’ornière et gagner leur à la sueur de leur effort.

Moussa Samba Diallo

Source : Le Républicain 19 Déc 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018