Dimanche 23 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Zimbabwe : qui est Grace Mugabe, l’épouse du dictateur tombé en disgrâce ?

Détestée plutôt qu’adulée, ses frasques ont sans doute ajouté à la colère populaire. La plus récente remonte au début de ce mois de novembre 2017.

La Première dame du Zimbabwe fait jeter en prison quatre jeunes pour avoir, formule officielle, « sapé l’autorité du président Robert Mugabe ». Leur crime ?  Avoir chanté ce « doux » refrain : « Nous détestons ce que vous faites » lors d’un rassemblement politique qui se tenait dans un stade, à Bulawayo dans l’ouest du pays, au moment où Grace Mugabe s’adressait à la foule, aux côtés de son dictateur de mari. Jugés quelques jours après leur interpellation, les quatres accusés, âgés de 24 à 33 ans, et membres du parti au pouvoir de la Zanu-PF alors en pleine tempête interne, ont été finalement relaxés, contre une caution de 50 dollars chacun.

Mais l’incident a mis le président hors de lui. Après l’intervention de son épouse, Robert Mugabe prend la parole et accuse son vice-président Emmerson Mnangagwa d’être à l’origine de ces huées. L’occasion idéale donc pour démettre le vice-président de ses fonctions, après plusieurs semaines de bras de fer entre la Première dame et le numéro 2 du pays sur la question de la succession en devenir du chef de l’Etat.

Une « petite » affaire somme toute, mais qui en dit long sur la puissance de feu que détenait jusqu’ici Grace Mugabe. A 52 ans, elle comptait bien succéder un jour à son époux. Espoirs semble-t-il fortement compromis au regard des événements de cette semaine.

AFP

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Blog

Dougoukolo Alpha Oumar Ba-Konaré, Psychologue clinicien : « L’identité peule apparaît comme un épouvantail symbolisant la menace djihadiste. Pourtant, cette identité est bien trop hétérogène pour établir un lien aussi simple ».

Les Peuls focalisent actuellement l’attention du fait de l’instrumentalisation de certains d’entre eux par des groupes fondamentalistes tentant de s’implanter localement dans le Sahel.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La lettre CSM

21 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018