Lundi 26 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Nigeria: le chanteur Davido entendu par la police après trois morts suspectes

La pop-star nigériane Davido a été entendu à deux reprises par la police de l'Etat de Lagos après la mort suspecte de trois de ses proches en l'espace d'une semaine, un fait divers qui déclenche des réactions passionnées au Nigeria.

Tagbo Umeike, 35 ans, était déjà mort lorsqu'il a été déposé à l'hôpital général de Lagos Island le 3 octobre au petit matin, après une soirée très alcoolisée - il avait bu 40 shots de Tequila, selon la police - avec des amis, dont le chanteur Davido, de son vrai nom David Adedeji Adeleke.

Le fait divers a déclenché sur la toile des réactions hystériques de colère et de soutien des fans de la pop-star de 24 ans, véritable icone de sa génération qui cumule 2,8 millions d'abonnés sur Twitter et 5 millions sur Instagram.

La petite amie du jeune homme décédé, Caroline Danjuma, une actrice de Nollywood, a pour sa part dès le lendemain du drame accusé le chanteur de s'être enfui après avoir abandonné son ami, le sommant de s'expliquer.

Entendu une première fois, Davido avait affirmé aux policiers avoir continué la soirée en discothèque et n'avoir été informé de la mort de Tagbo que plusieurs heures plus tard, a indiqué le chef de la Police de Lagos, Imohimi Edgal, lors d'une conférence de presse mercredi.

"Toutefois, l'enquête a révélé que c'est le chauffeur du Toyota Hilux de l'escorte de Davido (...) qui a emmené le défunt à l'hôpital général et l'a abandonné (...) sur les instructions de Davido", a déclaré M. Edgal.

"Le rapport d'autopsie provisoire a établi que la victime est morte d'asphyxie, ce qui veut dire d'étouffement", a ajouté le responsable, précisant que Davido avait été entendu une nouvelle fois mercredi.

Or, deux autres morts "non naturelles" sont survenues dans l'entourage du chanteur quelques jours plus tard. Les cadavres de deux autres de ses camarades ont été retrouvés le 7 octobre dans une BMW garée dans une résidence privée du très chic quartier Banana Island, à Lagos.

La presse locale a dans un premier temps évoqué de possibles surdoses mais la police a indiqué attendre les résultats de l'autopsie pour se prononcer sur les causes des décès.

Davido a en tous cas réagi mercredi soir en publiant une vidéo sur son compte Instagram où il dénonce des "mensonges", suite aux accusations proférées contre lui sur internet et à son audition par la police.

"Par respect pour Tagbo et sa famille, je n'ai pas parlé de la question depuis (sa mort). Bientôt, une déclaration et des images seront publiées. Trop c'est trop", a affirmé la star.

Source : AFP 12/10/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Volonté du Peuple (Rediffusion)

23 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Emission spéciale : développement du Sahel pour lutter contre le terrorisme

23 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018