Lundi 23 Octobre 2017
Forum de Paris

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Les exigences de Salif Keïta

Pour le concert du Mali à Bercy, organisé par Dawala, plusieurs artistes ont été contactés pour assurer ce premier show au nom du Mali. En 2010, à l’occasion des festivités du cinquantenaire du Mali, Fantani Touré (paix à son âme), madame Guimba national, avait organisé un grand concert au Zénith à Paris.

Pour les 57 ans du Mali, c'était au tour de Dawala de faire la même chose pour son pays. Si certains artistes ont accepté de faire le spectacle, comme Cheick Tidiane Seck, Oumou Sangaré, Sidiki Diabaté, Babani Koné ; Salif Keita a demandé un cachet de 25000 Euros pour deux morceaux, une suite d'hôtel, un billet d'avion (classe affaire) et des suites pour ses artistes. Il a aussi dit qu'il ne pouvait pas jouer sur la même estrade que Sidiki Diabaté. Dawala a simplement dit à Salif Keita, le Domingo de la musique malienne, qu'il n'a pas ces moyens cette année.

Selon les informations que nous avons reçues des organisateurs du concert pour le Mali à Paris. Approchés par nos soins, les membres du staff de Salif ont affirmé que les conditions de la participation de Salif ne sont pas à discuter. Car, c'est une star planétaire. Mieux, c'est une cuisine interne. «Nous ne nous sommes pas compris avec le jeune Dawala, c'est tout», dit-on dans l’entourage de Salif Keïta.

Source : Le Reporter

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Sory I Guindo à la FEMAFOOT : « Incapable de mettre sur pied un nouveau bureau, ils se chamaillent comme des gamins. Honte à vous ! »

Monde du football malien : Un mélange de torchons et de serviettes

Le tohu-bohu qui a émaillé l'élection du nouveau bureau de la FEMAFOOT nous oblige à sortir des tiroirs un article publié en 2006 par notre confrère Sory I Guindo. A lire absolument !

Lire la suite

Blog

 Modibo Koné :« Le Mali peut créer des millions d’emplois à travers l’Agriculture » 

Pour le Malien Modibo Koné, ni le sous-développement ni le chômage ne sont des fatalités. Le soldat du développement – comme il se définit – expose dans cette interview que nous publions en trois parties, sa vision sur les réformes nécessaires à la transformation de l’Afrique. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Manifestation ton pied mon pied

19 Octobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20  0ctobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017