Mardi 24 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

La nuit du comédien : Et le rêve d’Hélène se réalise !

Pour divertir le public malien dans la mouvance des festivités de l’accession du Mali à l’indépendance en lui faisant revivre le bon vieux temps du théâtre malien, Maïmouna Hélène Diarra sort de son placard un vieux projet dénommé «La Nuit du comédien ».

Sa chance a été de croiser le chemin de Mme Diaye Ramatoulaye Diallo, un ministre qui a la culture dans l’âme et qui l’aide à concrétiser son rêve. Nous l’avons rencontrée le mardi 19 septembre 2017 sur les lieux de la répétition de sa troupe au Palais de la culture de Bamako pour faire le point du programme de ce grand rendez-vous qui donne son coup d’envoi ce mardi.

La retraite n’est du tout un repos pour la comédienne Maïmouna Hélène Diarra communément appelée « Boura Muso Djougou ».

Après quarante ans dans le théâtre, Maïmouna Hélène Diarra entend mourir comédienne. C’est ce qu’elle sait faire le mieux. D’où son idée d’organiser « La nuit du comédien ». Objectif : revaloriser la comédie et rendre hommage aux comédiens maliens qui se sont faits ambassadeurs du Mali à travers le monde. « Les comédiens occupent une place importante dans la société. C’est la raison qui me pousse à les rassembler à travers cette nuit. Au cours de cette fête, des trophées de reconnaissance seront décernés aux comédiens maliens (défunts ou vivants) qui se sont distingués dans la promotion de la culture malienne. Le devoir de mémoire et de la reconnaissance du mérite nous l’impose. C’est pourquoi, tous les comédiens maliens sont invités.», explique la promotrice de la Nuit du comédien qui ambitionne de réveiller les anciennes pièces de la comédie malienne.

A l’en croire, la fête commence ce matin à 10 heures au Palais de la  culture avec la tenue d’une conférence-débats sur le thème : « Quel avenir pour le théâtre malien ?». Il s’agira pour les conférenciers de faire l’état de la comédie malienne en interrogeant les différentes étapes traversées.  « Le soir sera consacré à la projection du film « Nidjougou Guimba » et quelques prestations des comédiens en herbe comme Petit Guimba », indique Maïmouna Hélène Diarra.

Quant au mercredi 27 septembre 2017 (donc demain), des diplômes et trophées seront remis aux comédiens méritants. Auparavant, une projection du film « Bougouniéré » sera faite. La cérémonie sera présidée par la Première Dame Mme Kéïta Aminata Maïga qui est la marraine de la première édition.

Selon la promotrice de la Nuit du comédien, l’initiative est aujourd’hui fortement appréciée par les comédiens qui ont envie de jouer et de montrer au public ce qu’ils savent faire.

Selon Maïmouna Hélène Diarra, le chemin a été long pour aboutir à la concrétisation de ce projet qui lui tient à cœur. « J’ai nourri l’idée depuis le cours dramatique à l’INA. Mais le projet n’a pas marché faute de financement et de sponsors. J’ai été contrainte de l’abandonner. Des années après, j’ai eu l’audace de le soumettre encore au ministre de la Culture, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo qui l’a vite approuvé en offrant son soutien. C’est le rêve d’une vie qui se réalise aujourd’hui grâce à Rama», se réjouit la comédienne internationale. Toutefois, elle estime avoir encore du chemin à faire. « Car, nous voudrions institutionnaliser ce rendez-vous culturel et associer certains comédiens étrangers lors des prochaines éditions. Nous avons voulu le faire, cette année, mais les moyens ont fait défaut. Je voudrais que la nuit du comédien soit, tous les ans, un cadeau d’anniversaire du 22 septembre des comédiens aux Maliens». C’est dire qu’à travers les comédiens maliens, le ministère de la Culture joue sa partition à rendre la fête de l’indépendance plus agréable aux Maliens. Le défi reste donc la pérennisation de l’évènement.

YZK

Source: INFO SOIR

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018