Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Cumul de fonction dans le gouvernement malien : Le ministre Pr Samba Sow, seconde Oumou Touré

C’est apocalyptique dans un pays en proie au chômage et manque chronique d’emploi pour la jeunesse où on assiste au cumul de fonction dans le gouvernement de ce pays.

Dans un pays comme le notre ce phénomène n’est qu’un frein à la promotion de l’emploi jeune, de surcroit des cadres une véracité avérée et incontestée mais le pouvoir IBK ne semble être point gêné du cumul de fonction de certains ministres notamment Oumou Touré, ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille avec son rang « dame de fer » présidente de la CAFO des femmes après celle-ci figure notre ministre de la santé et de l’hygiène publique, professeur Samba Ousmane Sow, sur la liste de cumul de fonction avec le Directeur Général du CNAM jusqu’à nos jours( Centre National d’Appui à la lutte contre les Maladies) qui interpelle le président de la république d’agir.

Alors qu’on se rappelle le président  IBK l’avait promis dans ses discours de campagne dès  qu’il arrive au trône s’attaquerait en priori au chômage des jeunes.  Partout où l’on lui voyait lors des élections présidentielles dernières  promettait qu’il créera 200.000 emplois ou plus. Comme tout le monde peut témoigner que la promotion de l’emploi et celle des cadres est une tâche complexe et  nécessite un coup de balai en mettant fin au cumul de fonction là où il n’est point nécessaire.

Ce qui permet la promotion des cadres et contribue nettement à désamorcer la bombe sociale le chômage des jeunes dans un pays où il existe des jeunes qui ont surtout besoin d’être formés pour assurer la relève. En prenant  en compte cette  promesse à la jeunesse, le président  IBK est dans  l’obligation d’agir face à la pratique de cumul de fonction qui réduirait la chance de promotion de bon nombre de cadres qui attendent une explication de la part du président de la république où sont ils protégés par lui-même? En tout cas, toute chose mérite une explication sur le rapport entre le président de la république, IBK et les détenteurs de ces postes cumulés.

Selon bon nombre d’observateurs du gouvernement actuel, il n’ya pas que Oumou Touré. L’actuel ministre de la santé et l’hygiène publique  Pr Samba Sow est également connu d’être entrain de pratiquer le cumul entre le département qu’il dirige et son ancien poste du CNAM qui attend la nomination d’un nouveau DG. Des sources bien introduites, les instances tardent à être diligentées par faute de directeur signataire et coordinateur des dossiers confiés à la structure. Selon une source, les malades  de la lèpre auraient envoyé une lettre au ministre pour qu’il se prononce sur sa succession au centre pourvue qu’il connait une promotion déjà ministre de la santé.

La lettre adressée au président de la république pour lui succéder serait  restée sans suite. Déclarent nos sources. En tout cas, toute chose qui ternit l’image du président de la république le seul capable de se prononcer sur ce cumul depuis les semaines voir des mois sans parvenir.

Néanmoins les observateurs interpellent le président de la république à préciser le statut de ces deux ministres qui doivent faire leur  choix entre les postes précédents et leurs actuels fauteuils  occupés. L’on se rappelle  au  discours d’investiture du président IBK fraichement élu  à la magistrature suprême «  Le Mali ne serait pas un gâteau à partager »

Sinon semble t- on le ministre, Pr Samba Sow avec son entourage occupé par les conseillers étrangers, un des responsables maliens contre la promotion des cadres  maliens. IBK doit se ressaisir pour regagner la confiance des électeurs qui sont majoritairement déçus avec des pratiques politiciennes  de pareil cas.

Adam Sissoko

Source: La Relance

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018