Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Fin d’année scolaire 2016-2017 : La réussite célébrée avec faste au complexe le «Vivier »

La direction du complexe scolaire le Vivier/le Petit Paradis de Missabougou Sema (près de l’Hôpital du Mali), communément appelé «Séma Ka école» a respecté en cette année 2017 la tradition qu’elle a instauré depuis l’ouverture de ce complexe en 2005: réunir, après neuf mois de dur labeur par les élèves, les parents d’élèves, les enseignants, la promotrice et  les élèves du complexe afin de rendre un hommage à chacun pour son implication durant l’année scolaire. Ainsi, le samedi 1er juillet, autour du directeur de l’école, Kouatéré Diarra, parents d’élèves, enseignants, les cadres de Sema-Sa et élèves ont partagé une journée de joie avec plusieurs acticités à la clé : prestations des jardins d’enfants, d’élèves à travers des  récitations et chants, chorégraphie et imitation d’artiste, Sketchs sur l’exploitation des enfants, l’immigration clandestine, le mariage précoce et la corruption à l’école, prestations d’artistes, repas.

Le complexe scolaire le Vivier/le Petit Paradis Sema, est une école dont la promotrice est la Sema-Sa qui a crée une filiale en son sein appelée «Sema éducation» chargé de construire des écoles dans ses cités, histoire d’approcher ses clients des sites. Ainsi, de la création du complexe le Vivier/le Paradis en 2005 à aujourd’hui, selon le directeur Kouatéré Diarra, il y a eu grande évolution non seulement au niveau des effectifs, mais aussi au niveau des infrastructures. L’établissement compte cette année 479 élèves du jardin d’enfants au  second cycle fondamental répartis comme suit: 150 jardin d’enfants, 229 au premier cycle et 100 au second cycle dont 36 candidats au Def 2017.

Le Lycée a fait un bond remarquable en atteignant 42 élèves dont 16 candidats au Bac 2017. Pour faire face à l’évolution des effectifs et offrir de meilleures conditions de travail, explique le directeur Kouatéré Diarra, des chantiers ont été ouverts avec la construction de nouvelles salles de classes au jardin d’enfants et à l’école fondamentale, l’augmentation de la capacité d’accueil de la salle informatique par l’acquisition de nouveaux ordinateurs, l’approvisionnement de la bibliothèque en manuels. «Tous ces travaux ont été rendus possibles grâce au soutien constant du groupe Sema-Sa que nous tenons à remercier à travers son directeur général», déclare-t-il. Pour inciter les élèves au travail, ajoute le directeur Kouatéré Diarra, nous avons opéré une innovation par la remise du foulard jaune chaque mois, au trois premiers de chaque classe du premier cycle. « Ceci a suscité une émulation et a permis à certains élèves de se surpasser; en témoigne le niveau élève des moyennes obtenues tout au long de l’année», souligne le directeur. La présidente de l’association des parents d’élèves école «Le Vivier» Sema-éducation Missabougou, a remercié les parents d’élèves, les enseignants, le directeur et les enfants pour les efforts conjugués pour la réussite de l’année scolaire. La représentante de Sema-sa éducation, Mme Djagre Céline Katabale  a remercié a remercié vivement les responsables de l’établissement et le comité d’organisation pour la réussite de la fête.

Hadama B. Fofana

Source : Le Républicain  7 Juil 2017

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018