Vendredi 24 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Bougouni : La Convention de la Majorité présidentielle bloque l’accès de la ville à Ras Bath

Bougouni ville, hier toute la journée, l’accès à la ville était difficile. Des jeunes avaient pris le contrôle de la ville. Ils avaient placé des barricades à l’entrée, tel un poste de contrôle, ils fouillaient tous les véhicules en provenance de Bamako.

Ces jeunes, qui de part cet acte ont défié l’autorité de l’Etat, sont à la solde des cadres de la convention de la majorité présidentielle (CMP).

Membres du RPM, l’ADEMA, le CDS, ils avaient reçu des consignes de la part de certains barons du régime précisément le président de la Commission Loi, Me Zoumana Ntji Doumabia et Blaise Sangaré (tous du CDS)  d’empêcher l’accès de la ville au Chroniqueur Ras Bath qui prévoyait de tenir un meeting, dimanche, à Bougouni ville dans le but d’éclairer la lanterne de la population au sujet du contenu dangereux de la nouvelle constitution source de contestation aujourd’hui au Mali.

Ces jeunes, malgré la présence des gendarmes au poste, ont imposé la loi du plus fort émanant du haut sommet de l’Etat. Cela dénote que nous ne sommes pas dans un Etat sérieux. Et cela prouve à suffisance la faiblesse de l’Etat, source de nos malheurs. Un fait souligné depuis longtemps par le camp opposé au pouvoir qui alertait nos gouvernants à instaurer le principe de l’Etat fort ; Un Etat au service de la loi, des principes démocratique et non à la solde d’un camp ou du plus fort.

Le meeting autorisé dans un premier temps par le maire a été refusé quelques jours après sur instruction des membres de la Convention de la Majorité Présidentielle.

Ras Bath qui se dit homme de droit et légaliste, n’a pas fait de cette décision du refus un problème. Selon des informations, il a demandé aux organisateurs du meeting de garder leur calme et qu’il sera tout compte fait à Bougouni pour les remercier mais aussi saluer les autorités traditionnelles.

C’est ce qui vient d’être empêché par des jeunes instrumentalisés qui ont passé toute une journée à l’entrée de Bougouni.

Les instigateurs de cet acte, surtout Me Zoumana NTji  Doumbia, président de la commission Loi, partisan de la majorité présidentielle et chef de file de la défense de OUI au projet, viennent de réconforter la position du “NON” car  l’Etat n’a plus la capacité et la volonté de garantir les droits et libertés et de  sécuriser les Maliens à Bougouni.

De l’autre côté, la petite dose de caresser  pour éduquer envoyée avant hier lors du meeting de la plateforme par le Guide Ras Bath, dans un message audio et diffusé sur les ondes des radios locales à Bougouni, a produit l’effet escompté.

Le refus de laisser Ras Bath d’entrer et exprimer son opinion sur le Projet à Bougouni est une reconnaissance implicite de la pertinence et de la vérité des arguments de Ras Bath. C’est un aveu d’impuissance intellectuelle, de mensonge de la part du camp du OUI.  Chose que les populations de Bougouni, dotées de la raison sauront désormais, surtout où se situe la vérité.

Boubacar Yalkoué

Source : Le Pays  3 Juil 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le service après-vente des résolutions se fait toujours attendre (Rediffusion)

24 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

24 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017