Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mobilisation réussie pour le NON au référendum : Les leaders de l’opposition mis sur le banc de touche

Au cours de cette grande marche contre le projet de révision constitutionnelle, certains chefs de file de l’opposition, à savoir Soumaïla Cissé, Modibo Sidibé, Tiébilé Dramé et Mme Sy Kadiatou Sow ont été ignorés, bien qu’ils aient répondu présents

Après le quitus d’une majorité des députés de l’Assemblée Nationale (AN), les appels ne cessent de se multiplier pour et contre ce projet de révision constitutionnelle.  Ainsi, dans la dynamique de cette révision constitutionnelle,  une grande  marche a été organisée samedi dernier. C’est à l’initiative de plusieurs mouvements de la société civile (Plateforme Antè  Abana ; Ne Touche pas à ma Constitution ;  le Mouvement : le Mali appelle) ; les partis politiques (URD, Fare An Wuli, Parena etc) ; la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM) ; des fans de l’animateur Ras Bath ; des leaders religieux (Chola Bayaya Haïdara) etc.

Ce  sont des milliers de personnes qui ont répondu à l’appel de leurs leaders, malgré l’observation du jeûne en ce mois béni de ramadan. Partie de la place de la liberté, en empruntant la voie serrée de l’Hôtel Palace de Nuima Belliza pour prendre fin devant la Bourse de travail, cette marche doit avoir servi de leçon pour les leaders politiques qui n’ont pas pu s’afficher. Chose qui démontre  à suffisance, le ras le bol que le peuple commence à avoir de ces leaders politiques.  Bien que la cause soit nationale et patriotique, ces jeunes regroupés en association, en mouvement et même en partis politiques veulent  des gens nouveaux pour conduire la destinée du pays.

Sinon comment que dans une manifestation réussie comme celle-là, qu’un Soumaïla Cissé, un Tiébilé Dramé, un Modibo Sidibé et autres soient privés de parole. Ils pensaient pouvoir profiter de la situation pour étaler leur charisme. Mais tel n’a été le cas. Une fois de plus, ils ont passé à côté du sujet. Mais ayant compris que cette marche émane d’un mouvement d’ensemble, l’équipe de la commission d’organisation, composée de jeune a permis à certains très appréciés de la scène politique d’exprimer leur ras-le-bol.

Il s’agit : de l’honorable Amadou Thiam de l’Adp-Maliba, de Zoumana Sacko, ancien Premier Ministre. Pour le reste, ce sont les jeunes, notamment, Amadou Djigué dit Djeff, Ras Bach, Chola Bayaya Haidara qui se sont adressés à la foule. Dans cette atmosphère surchauffée, Amadou Thiam a lu  une déclaration   dont la teneur vise un retrait pur et simple  de ce projet de révision constitutionnelle.  Ras Bach et Chola Bayaya Haidara se sont aussi adressés à la foule  pour  dire non au referendum.

Est-ce à dire que c’est la fin qui se dessine pour  les leaders classiques de l’opposition ?  En tout cas,  la jeunesse est en train de s’assumer pour une éventuelle relève. Elle refuse que les anciens mènent la danse.

Diakalia  M Dembélé

Source: 22 Septembre

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017