Mercredi 25 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mobilisation réussie pour le NON au référendum : Les leaders de l’opposition mis sur le banc de touche

Au cours de cette grande marche contre le projet de révision constitutionnelle, certains chefs de file de l’opposition, à savoir Soumaïla Cissé, Modibo Sidibé, Tiébilé Dramé et Mme Sy Kadiatou Sow ont été ignorés, bien qu’ils aient répondu présents

Après le quitus d’une majorité des députés de l’Assemblée Nationale (AN), les appels ne cessent de se multiplier pour et contre ce projet de révision constitutionnelle.  Ainsi, dans la dynamique de cette révision constitutionnelle,  une grande  marche a été organisée samedi dernier. C’est à l’initiative de plusieurs mouvements de la société civile (Plateforme Antè  Abana ; Ne Touche pas à ma Constitution ;  le Mouvement : le Mali appelle) ; les partis politiques (URD, Fare An Wuli, Parena etc) ; la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM) ; des fans de l’animateur Ras Bath ; des leaders religieux (Chola Bayaya Haïdara) etc.

Ce  sont des milliers de personnes qui ont répondu à l’appel de leurs leaders, malgré l’observation du jeûne en ce mois béni de ramadan. Partie de la place de la liberté, en empruntant la voie serrée de l’Hôtel Palace de Nuima Belliza pour prendre fin devant la Bourse de travail, cette marche doit avoir servi de leçon pour les leaders politiques qui n’ont pas pu s’afficher. Chose qui démontre  à suffisance, le ras le bol que le peuple commence à avoir de ces leaders politiques.  Bien que la cause soit nationale et patriotique, ces jeunes regroupés en association, en mouvement et même en partis politiques veulent  des gens nouveaux pour conduire la destinée du pays.

Sinon comment que dans une manifestation réussie comme celle-là, qu’un Soumaïla Cissé, un Tiébilé Dramé, un Modibo Sidibé et autres soient privés de parole. Ils pensaient pouvoir profiter de la situation pour étaler leur charisme. Mais tel n’a été le cas. Une fois de plus, ils ont passé à côté du sujet. Mais ayant compris que cette marche émane d’un mouvement d’ensemble, l’équipe de la commission d’organisation, composée de jeune a permis à certains très appréciés de la scène politique d’exprimer leur ras-le-bol.

Il s’agit : de l’honorable Amadou Thiam de l’Adp-Maliba, de Zoumana Sacko, ancien Premier Ministre. Pour le reste, ce sont les jeunes, notamment, Amadou Djigué dit Djeff, Ras Bach, Chola Bayaya Haidara qui se sont adressés à la foule. Dans cette atmosphère surchauffée, Amadou Thiam a lu  une déclaration   dont la teneur vise un retrait pur et simple  de ce projet de révision constitutionnelle.  Ras Bach et Chola Bayaya Haidara se sont aussi adressés à la foule  pour  dire non au referendum.

Est-ce à dire que c’est la fin qui se dessine pour  les leaders classiques de l’opposition ?  En tout cas,  la jeunesse est en train de s’assumer pour une éventuelle relève. Elle refuse que les anciens mènent la danse.

Diakalia  M Dembélé

Source: 22 Septembre

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Enrichissement rapide

25 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Abdelaziz Bouteflika: vers un cinquième mandat?

25 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018