Jeudi 17 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

«Les milices n’étaient pas très d’accord pour que Saïf al-Islam reste à Zintan»

Saïf al-Islam, fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a été relâché par la milice qui le détenait à Zintan depuis le soulèvement contre son père, en novembre 2011, quelques semaines après la mort du dirigeant libyen.

La milice qui le détenait a confirmé que Saïf al-Islam a quitté Zintan, ce vendredi 9 juin 2017. Condamné à mort en 2015 pour crimes de guerre par la justice libyenne, il est également recherché par la Cour pénale internationale. On ignore quel rôle il pourrait jouer aujourd'hui dans une Libye livrée aux groupes armés. Hélène Bravin, chercheure associée à l'institut Prospective et sécurité en Europe, spécialiste de la Libye, est l'invitée Afrique soir de RFI.

« Il y avait des querelles entre les tribus au sujet du sort qui devait être réservé à Saïf al-Islam. Les milices n’étaient pas très d’accord pour qu’il reste à Zintan. Cela créait des tensions. (…) Sa libération est aujourd’hui conditionnée puisqu’il ne pourra pas s’activer politiquement : il est interdit d’activité politique, il a encore son aura de réformateur mais certains lui reprochent d’être la cause de la révolution en ayant ouvert la porte des prisons aux ex-jihadistes. Saïf al-Islam a été le maître d’œuvre d’un pacte de réconciliation avec les jihadistes d’al-Qaïda (...) .»

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Modification par référendum de la Constitution (rediffusion)

16 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Coulées de boue en Sierra Leone : plus de 300 morts et 2 000 personnes sans abri

16 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017