Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

«Les milices n’étaient pas très d’accord pour que Saïf al-Islam reste à Zintan»

Saïf al-Islam, fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a été relâché par la milice qui le détenait à Zintan depuis le soulèvement contre son père, en novembre 2011, quelques semaines après la mort du dirigeant libyen.

La milice qui le détenait a confirmé que Saïf al-Islam a quitté Zintan, ce vendredi 9 juin 2017. Condamné à mort en 2015 pour crimes de guerre par la justice libyenne, il est également recherché par la Cour pénale internationale. On ignore quel rôle il pourrait jouer aujourd'hui dans une Libye livrée aux groupes armés. Hélène Bravin, chercheure associée à l'institut Prospective et sécurité en Europe, spécialiste de la Libye, est l'invitée Afrique soir de RFI.

« Il y avait des querelles entre les tribus au sujet du sort qui devait être réservé à Saïf al-Islam. Les milices n’étaient pas très d’accord pour qu’il reste à Zintan. Cela créait des tensions. (…) Sa libération est aujourd’hui conditionnée puisqu’il ne pourra pas s’activer politiquement : il est interdit d’activité politique, il a encore son aura de réformateur mais certains lui reprochent d’être la cause de la révolution en ayant ouvert la porte des prisons aux ex-jihadistes. Saïf al-Islam a été le maître d’œuvre d’un pacte de réconciliation avec les jihadistes d’al-Qaïda (...) .»

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018