Jeudi 17 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Prix Lamine Tiecoura Coulibaly : Franc succès pour la première édition !

Si Lamine Tiécoura Coulibaly (2 février 1959 Ségou- 23 avril 2016 Bamako) avait été de ce monde, il aurait noté «peut mieux faire …. » la première édition du prix LTC.

Lamine avait d’abord été enseignant avant d’opter pour le journalisme qu’il pratiqua durant une vingtaine d’années. A la télévision nationale,  son émission phare «A l’écoute de l’école » était un cadre pour prôner des leçons de pédagogie aux enseignants et susciter l’excellence auprès des  apprenants.

C’est donc à juste titre que les amis et collègues du défunt ont décidé de commémorer le premier anniversaire de sa disparition à travers un concours inter-écoles. La matinée du 30 avril 2017 (une semaine après le funèbre 23 avril) a été pieuse, studieuse et émouvante tout en restant  empreinte d’espoir avec des écoliers déterminés à se surpasser. A 7 h35  déjà, les 23 (vingt -trois) concurrents des classes de 9è des 8 (huit) écoles fondamentales participantes étaient penchés sur les épreuves de poésie, de rédaction et de mathématiques. Le comité scientifique du concours, sous la houlette de l’ancien directeur  d’académie,  Issoufi Dicko et les trois membres du jury veillaient au grain. Au final, c’est Aliou Coulibaly de la 9è B de l’école de la « Cathédrale » avec 20/20 en mathématiques (en algèbre). Il traite un sujet relatif aux  puissances décroissantes de X et en géométrie  résout un calcul de coordonnées des vecteurs AB. En rédaction, c’est Mlle Nioni Traoré de l’école « Base II » qui émerge  du lot. Elle obtient 15 /20. Pour contrer l’insécurité, elle  prône « d’alerter la police,  même si c’est le fils de mon frère qui est bizarre ». Le poète en devenir  est Adama Sacko de l’école  « La Référence » de l’hippodrome. Dans son écrit, « le conseil du (au) peuple malien »,  le garçon  interroge : «pourquoi les attaques continuent après le contrat (l’accord de paix et de réconciliation nationale s’entend) ? ». Outre le trophée Ciwara Intégrité LTC, un certificat d’honneur, des livres et des fournitures scolaires ont été offerts au premier de chaque discipline. Les prix ont été remis par les co-parrains Nouhoum Diakité dit  Banoun et Dr Sidiki N’fa Konaté, respectivement ancien directeur général de l’ex DNAFLA et directeur général de l’ORTM et Gakou Salamata Fofana, présidente de l’association des femmes ingénieurs du Mali (AFIMA). Parmi les lots obtenus par les petits génies, un appareil photo Canon et 2 cartes mémoire de 32 Giga offerts par Ismaël Maïga, chargé de communication de l’Unicef pour le premier en rédaction. Le libraire OPC a offert un paquet comprenant  l’excellent livre «Le Bled » d’exercices et de corrigés d’orthographe et de grammaire pour chacun des trois distingués.  Aliou Coulibaly, Nioni Traoré et Adama Sacko seront également initiés à la bureautique-informatique par  TechnoLab-ISTA, à l’anglais par Trainis et à l’écriture littéraire par Pen Mali, collectifs d’éditeurs. Avant la remise des prix, les parents et les enfants ont refait connaissance ou découvert une infime partie du talent LTC en images. Et son le public a eu droit à l’annonce de son décès au journal télévisé d’un soir d’avril 2016 et un extrait du magazine ‘’à l’écoute de l’école ’’ dont le dit numéro ‘’ vérités enfouies’’ est consacré aux bibliothèques avec comme personne ressource l’historien Bakary Kamian (décédé dimanche 11 décembre 2016  a 88 ans). Pour s’être mutuellement estimés, Kamian et Lamine  se revoient au paradis ?

L’auditoire de la matinée voit également afficher  le  journal ‘’Les Echos’’ qui  rapporte la remise d’un Ciwara à la famille du journaliste réalisateur par le ministère de l’éducation nationale en reconnaissance de tous ses efforts pour la promotion du secteur. Le trophée a été remis (en septembre) par la première dame à la veuve de Lamine Tiécoura dans le cadre de la journée internationale de l’alphabétisation.

Amphithéâtre de la bibliothèque nationale

La salle des archives de la bibliothèque nationale était le ‘’grin’’ de Lamine. Dans l’amphithéâtre du sanctuaire, l’imam Kouréichi, qui administra les derniers sacrements à notre regretté, a ouvert le cérémonial avec des bénédictions.

D’entrée de propos, le porte-parole du comité d’organisation non moins chargé des questions administratives et de la formation a rappelé l’humilité de LTC et sa détermination en faveur d’une école performante, avant de remercier les partenaires et les donateurs parmi lesquels l’ancien ministre Abdoulaye Sall, auteur de « Le pari de la décentralisation ». Des mains du président de  CRI 2002, les encadreurs ou directeurs ont reçu chacun un lot de livres et une enveloppe. Quand le co-parrain, Sidiki Nfa Konaté,  a dû prendre la  parole, au moins  un spectateur à verser des larmes. Pour avoir été le patron et un confident du défunt, l’orateur se souvient que Lamine était de la trempe des journalistes à qui le directeur proposait des émissions taillées sur mesure, tant le journaliste avait du répondant. Lamine était un ‘’accoucheur’’, en ce sens qu’il insistait auprès de ses interlocuteurs pour qu’ils livrent la substance de leurs connaissances. En plus, il savait fouiller, chercher et peaufiner chacune de ses œuvres. «Ce jour-là » par exemple permettait de remettre au goût du jour un évènement historique. Avec l’éloquence qu’on lui connait, l’ancien ministre Konaté rappelle que plus d’une fois, LTC a  repoussé ses propositions de nomination à un poste de responsabilité. Pour la famille Coulibaly, le directeur  général de l’ORTM en remontant le moral de la veuve  Fatimata Coulibaly lui remet une enveloppe et des livres.

 Le prix de la confiance et la fidélité.

Parmi les contributeurs, le ministère de l’éducation nationale était représenté par le directeur national adjoint de l’enseignement fondamental, Mamadou Kanté, et celui de la culture par le directeur national des bibliothèques  et de la documentation, Mamadou Demba Sissoko. Le Médiateur de la République  s’est fait représenter par sa chargée de communication, Rokia Bakayogo. Sont également présents, Tomboliba, le directeur général de l’Ecica et Amadou Koné président de l’association des anciens boursiers d’excellence à la tête d’une délégation. L’agence Looba  communication a appuyé le comité d’organisation pour le cérémonial présenté par Fatoumata Koné de l’ORTM. Les bénédictions de l’imam Koureichy  y ont mis  fin.

Moïse Traoré (Ortm)

Source : L'Aube 1 Juin 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Modification par référendum de la Constitution (rediffusion)

16 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Coulées de boue en Sierra Leone : plus de 300 morts et 2 000 personnes sans abri

16 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017