Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Sira Kouyaté est désormais madame Landouré

Comme le dit le grand griot Binké Diabaté du Badialan III, ce n'est pas tous les jours qu'il y a de grands événements. Les rares que nous célébrons, il nous faut du temps pour les raconter.

Le mariage de Sira Kouyaté entre dans ce cadre, car la jeune dame a toujours été des grands rendez-vous et surtout aux côtés des artistes maliens. La grande sœur de Guimba Kouyaté est désormais Madame Landouré. Et oui, Sira Kouyaté a accepté de se mettre une corde au cou en disant OUI à Kader Landouré, le dimanche 21 mai 2017. Ce qui a donné lieu à une très grande fête dans la famille Kouyaté à Garantibougou.

Le mariage est l'un des moments les importants dans la vie d'un homme et d’une femme. Le mariage est d’autant plus sérieux qu’il est important de prendre le temps nécessaire avant de s’engager dans ce contrat à vie, pour le meilleur et pour le pire. Et l’idéal pour tout conjoint serait de vivre dans un foyer harmonieux.

Depuis le dimanche 21 mai, Sira Kouyaté a dit OUI à Kader Landouré. «Heureux ménage à ma Coumbaty, j'ai besoin de vos bénédictions pour votre fille, votre sœur Mamaye Sira Kouyaté. Merci à tous pour le déplacement, mes enfants, mes Diatigui, tout le  monde entier». C’est en ces termes que Mah Damba, la mère de Sira, a remercié tous les invités. Pour elle, ce n'est pas tous les jours qu'une fille décide de s'unir pour le meilleur et le pire.

Si nous ne disposons pas de beaucoup d'informations sur Kader Landouré, excepté qu'il est un richissime Diawando, sa nouvelle épouse est la fille de Feu Mamaye Kouyaté et de Mah Damba, fille de Djeli Baba Sissoko. Sira Kouyaté est une musicienne, artiste compositeur. À son actif, il y a des titres comme «Compétence», «Force tranquille».

«Aujourd'hui, nous célébrons le sumu du mariage de Sira Kouyaté. Le sumu a été assuré et animé par la vedette Madiaré Dramé à Garantibougou, Bamako, ce dimanche 21 mai 2017», s'exclamait le griot intellectuel Sirafily Kanté, un parolier venu de Paris. Avant d’ajouter : «Heureux ménage, Sira Kouyaté ! Sira Kouyaté est une griotte franco-malienne qui hérite de la musique de ses parents. Fille de Mamaye Kouyaté (grand conteur et joueur de Ngoni) et de Mah Damba (chanteuse), elle est la petite fille de Djeli Baba Sissoko».

En ce grand jour, les griottes et les griots et autres hommes de castes n'ont pas tari d'éloges à l’endroit du couple Landouré. «Sira chante depuis l’âge de trois ans, managée par sa mère, qui l’amenait chanter dans les cérémonies de mariage et de baptême. La petite-fille de Djeli Baba Sissoko a la musique, l'art et les mélodies dans le sang. Djeli Mamaye va bien dormir dans sa tombe aujourd'hui», chantonnaient-ils à l’unisson.

En plus des griots et des griottes, pour qui connaît les Kouyaté qui sont des griots «nobles», il y avait des Gawlo et Mambon, des grands paroliers peuls venus pour chanter et magnifier le nouveau couple dans un peulh pur et limpide. Pour ce qui est du Sumu, en plus de Madiaré Dramé, plusieurs artistes y ont participé. Ils ont tous fait des prières et des bénédictions pour les nouveaux mariés.

K.T

Source: Le Reporter

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018