Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Journée internationale de la femme : MME SANGARE OUMOU BA LANCE LES ACTIVITES

A l’instar de la communauté internationale, notre pays célébrera le 8 mars, date consacrée Journée internationale de la femme par les Nations unies en 1977. Cette 23è édition se tiendra sur le thème : « Autonomisation économique des femmes dans un monde de travail en pleine évolution ».

Le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba, a procédé le samedi dernier au lancement solennel des activités commémoratives de la journée, à Dougoulakoro (Baguinéda). Y étaient aussi ses collègues, Dr Nango Dembélé de l’Elevage et de la Pêche et Mme Keïta Aïda M’Bo de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable et nombre d’invités.

Le département en charge de la Femme a voulu innover cette année en délocalisant le lancement des festivités du 8 mars. Mme Sangaré Oumou Ba a expliqué c’est une première dans l’histoire des festivités. Selon elle, il s’agit pour son département de prouver que toutes les femmes maliennes sont concernées par cette fête à elles dédiée.

Le ministre s’est félicité des résultats enregistrés par son département, notamment la pisciculture en cages flottantes initiée, à travers la direction nationale de la promotion de la femme en collaboration avec les départements sectoriels dans le cadre de la lutte contre la pauvreté.

Par ailleurs, Oumou Ba a expliqué que son département a mené une grande campagne d’information et de sensibilisation du grand public et des femmes et filles, en particulier, sur des activités innovantes, génératrices de revenus et bénéfiques pour elles.

Les activités de pisciculture concourent au bien-être de la population et au développement économique et social de la localité, a expliqué Mme le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Elle a aussi rappelé l’urgence d’une mobilisation de toutes les énergies car le succès de cette initiative est fortement dépendant de l’engagement de chacun des acteurs du processus à soutenir la réalisation des actions inscrites dans le projet. « Cette nouvelle activité dans le domaine de la pisciculture est une opportunité pour les femmes, notamment celles vivant en milieu rural, de pouvoir faire face aux effets du changement climatique et de la dégradation de la nature avec la rareté du poisson et particulièrement de certaines races. C’est également une possibilité de se faire une place dans le milieu du travail en pleine évolution », a indiqué Mme Sangaré Oumou Ba.

Elle a également remercié l’ensemble des partenaires et amis de notre pays qui œuvrent pour l’émergence d’une société plus égalitaire entre les hommes et les femmes dans un climat apaisé.

Mme le ministre a aussi témoigné de sa reconnaissance aux organisations féminines de la société civile féminine qui travaillent à la promotion et à l’émergence des femmes avant d’exhorter les bénéficiaires des cages flottantes à prendre les dispositions idoines pour la bonne marche de leurs activités de pisciculture en vue d’un développement durable.

Le représentant du maire de la commune de Baguinéda, Jean Marie Dakouo a remercié le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille pour le choix porté sur sa commune d’abriter le lancement des activités du 8 Mars. Il a réitéré la disponibilité de sa circonscription à accompagner l’initiative.

Le porte-parole des femmes récipiendaires, Diallo Bintou Sidibé, a aussi rendu un hommage appuyé au département de la Promotion de la Femme pour la confiance. La cérémonie a pris fin par une visite des installations piscicoles.

    SISSOKO

Source : L’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018