Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

25è Fespaco : ALAIN GOMIS REMPORTE LE GRAND PRIX ET EGALE LE RECORD DE SOULEYMANE CISSE

Deux symboles ont marqué la clôture de cette 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision (FESPACO). En cette fin d’après-midi, dans une salle du Palais des sports de Ouaga 2000 quelques milliers de spectateurs étouffant de chaleur, le président du jury du long métrage annonce que «  Félicité », du Sénégalais Alain Gomis est le lauréat du grand prix de l’Etalon d’or du Yennenga. Premier symbole, il égale le record de notre compatriote Souleymane Cissé. Ce dernier était, depuis plus de 10 ans, l’unique cinéaste à obtenir deux fois l’Etalon d’or du Yennenga. Second symbole : deux présidents Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, le pays invité et Roch Marc Christian Kaboré du Faso, remettent ensemble le grand prix. Une première dans l’histoire de cette manifestation depuis sa création il y a 48 ans. Après avoir remis le trophée, l’hôte du Burkina a déclaré qu’il a été particulièrement impressionné par cette cérémonie qui célèbre le cinéma africain. Car, ajoutera-t-il, c’est sa première fois d’assister à une manifestation du FESPACO.

Quant au président burkinabé, il a rendu hommage au travail des réalisateurs africains. Tout en consolant ceux qui n’ont pas gagné. Pour lui, on est obligé de donner le prix à un cinéaste puisqu’il s’agit d’une compétition, sinon c’est le cinéma africain qui a gagné. Roch Marc Christian Kaboré  ajoutera que ce qu’il a vu pendant ce FESPACO l’incite à faire en sorte qu’une industrie du cinéma émerge sur notre continent tant les hommes et femmes du 7è art africain se battent au quotidien pour montrer les préoccupations de nos sociétés.

L’étalon d’argent du Yennenga est revenu au film « L’orage africain – un continent sous influence de Sylvestre Amoussou du Bénin, celui du bronze à « Amile in my shoes » du Marocain SaId Khallaf. Quant à nos compatriotes Daouda Coulibaly et Fatoumata Tioye Coulibaly, ils ont remporté respectivement le prix de la meilleure interprétation masculine pour l’acteur Ibrahim Koma dans le film Wulu ; et celui du jury du court métrage pour le film « Héritage ».

Y. DOUMBIA

Envoyé spécial

Source : L’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017