Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Musique: « Mogoya », le nouvel album de Oumou Sangaré bientôt sur le marché

Le nouvel opus de la diva de la musique malienne, Oumou Sangaré, est en route. Il sera sur le marché le 7 mai 2017. L’annonce de ce nouveau bébé a été faite par l’artiste elle-même à l’espace culturel de l’Hôtel Wassoulu le 26 février 2017 à la presse.

C’était en présence du représentant de son agence de communication, Média Plus, M. Cissé. «J’ai tenu à faire l’annonce de l’album car je pars demain pour un mois de tournée en Australie.

J’ai jugé nécessaire de donner la primeur de l’annonce de l’album aux Maliens d’abord à travers la presse avant d’aller en parler à l’extérieur», a dit l’artiste du wassulu. Le titre de l’album est « Mogaya » (l’humanisme). «Je me suis inspiré de ma propre expérience de la vie pour choisir ce titre. Car l’humanisme est devenu difficile aujourd’hui. La parole d’honneur à tendance à finir en Afrique, notamment au Mali. Je chante, comme on le fait au Wassulu, pour éduquer les populations.

J’ai choisi quatorze titres nouveaux pour cet album. Mais comme je ne travaille pas seul, ce sera quand même entre 9 et 14 morceaux quand les collaborateurs, vont donner leur avis. »

La presse a eu l’honneur d’avoir l’avant goût de deux clips dénommés respectivement «Fadjamou» et «Yéréfaga Giani»; et de suivre en live le morceau «Mali Nialé». Un morceau qui magnifie le Mali, qui dit que les Maliens sont présents, malgré la situation d’insécurité dans certaines parties du pays. Un morceau qui invite les maliens de l’extérieur, et ceux qui fuient du Mali, de venir investir dans ce pays riche en sous sol.

L’album qui n’est pas totalement finit, déclare la diva de la musique malienne, a été tourné en Suède, à Paris, en Afrique du Sud, etc. Sa particularité avec les autres opus, dit-elle, est que des jeunes talents ont beaucoup apporté leurs touches à la réalisation. L’album, dit-elle, fusionne tradition et modernisme. «Le wassulu est là à travers le « Djimbé », le « Kamalingoni », le « Karnian », etc.», rassure Oumou. Comme pour dire quelle tient à sa source. La réalisation de cet album, insiste la diva, n’aura encore été possible que grâce à ma mère qui m’aide beaucoup en conseils. Se prononçant sur sa retraite, Oumou Sangaré a été on ne peut plus claire. «La retraite est obligatoire, mais on prie Dieu de nous en éloigner.

Tant que mes fans veulent que je joue et chante pour eux, je chanterais toujours», déclare-t-elle. Avant de regretter le manque d’efficacité des autorités à lutter contre le piratage. «Je chante pour mes fans. Si ce n’était pas eux, j’allais arrêter de faire sortir des albums. Car nous ne gagnons rien dedans à cause des pirates. Les autorités ne protègent pas du tout les artistes sur ce plan», indique la diva de la musique malienne.

Hadama B. Fofana

Source : Le Républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

«A» comme appel d'air

08 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

08 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017