Vendredi 24 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Rebondissement dans l’affaire des ex-travailleurs de l’hôtel résidence Wassoulou : La Cour Suprême annule le jugement rendu par la Cour d’Appel condamnant Oumou Sangaré à payer plus de 14 millions Fcfa

La section judiciaire de la Chambre sociale de la Cour suprême, lors de son audience de mardi dernier, 14 février, s’est penchée sur l’affaire opposant Oumou Sangaré à certains des ex-employés de l’hôtel Résidence Wassoulou, propriété de la diva.

Il ressort de l’arrêt de la Cour, que les ex-travailleurs devront déchanter, s’agissant des dommages et intérêts à eux accordés par un arrêt de la Cour d’Appel qui vient de faire l’objet d’une cassation.

L’affaire opposant les ex-travailleurs de l’hôtel Résidence Wassoulou à l’artiste Oumou Sangaré vient de connaitre un rebondissement. En effet, après le jugement rendu par la Cour d’Appel de Bamako, condamnant Oumou Sangaré à payer plus de 14 millions de Fcfa de dommages et intérêts à ces ex-employeurs, les avocats de l’artiste ont attaqué cette décision devant la section judiciaire de la Chambre sociale de la Cour suprême. Lors de son audience publique ordinaire du mardi 14 février dernier, cette section a vidé le dossier opposant Oumou Sangaré à Seydou Sawadogo et autres. En plus du Président Sambala Traoré, il y avait Bougary Sissoko et Badara Aliou Nanacassé, tous des conseillers et Maître Dinéba Fofana comme Greffière. Le ministère public était représenté par Alfisséni Diop.

Le verdict de la Cour suprême dans cette affaire est très clair et va sûrement soulager la diva de la musique malienne, voire africaine. En effet, la Cour suprême a estimé que le jugement de la Cour d’Appel de Bamako a été tout simplement mal rendu. Du coup, elle a cassé cette décision. En d’autres termes, elle l’a annulé. “En fait, la Cour suprême renvoie désormais les deux parties devant la Cour d’Appel de Bamako puisque son jugement a été mal rendu. C’est donc de revenir à la case de départ maintenant dans la mesure où la Cour Suprême a annulé l’arrêt déféré et renvoie la cause” précise notre source.

Informée de cette décision de la Cour Suprême, Oumou Sangaré a tout simplement laissé éclater sa fierté pour la justice malienne : “Vous savez, j’ai toujours fait confiance à notre justice. Je savais qu’un jour, justice sera faite concernant cette affaire. Je dis tout simplement bravo à la justice malienne et je remercie le Bon Dieu pour ce verdict. On n’a  beaucoup terni mon image à cause de cette affaire, or Dieu seul sait ce que j’ai fait pour ces gens. Heureusement que Dieu ne dort jamais”.

Il faut rappeler que cette affaire date de quelques années, lorsque la diva Oumou Sangaré, sur la base de la confiance qu’elle avait envers certains de ses proches, les avait pris pour travailler au niveau de son hôtel Résidence Wassoulou. Le nommé Seydou Sawadogo, principal acteur de cette affaire judiciaire était au départ un simple vendeur de boisson, mais il s’est retrouvé comme gérant de l’hôtel. La raison est très simple : Oumou Sangaré n’a pas assez de temps à cause de ses nombreux concerts à l’extérieur. Au bout de quelques années, la gestion de l’équipe de l’hôtel était s’est avérée catastrophique. Selon nos sources, les comptes étaient à chaque fois au rouge. Et Oumou était très souvent obligée de mettre la main à la poche pour régler certaines factures. Ce n’est pas tout. L’hôtel était endetté à hauteur de plusieurs millions de nos francs.  Dans ce cas, il fallait trouver une solution à ces difficultés. C’est ainsi que la diva a décidé de chercher un nouveau partenaire pour lui confier la gestion. Au départ, une société française était intéressée par le projet. Mais, il fallait d’abord trois mois de test avec les mêmes employés avant de s’engager. Au bout de cet exercice, les responsables de cette société ont estimé que l’hôtel avait de sérieux problèmes de gestion. En d’autres termes, il y avait un véritable réseau mafieux au sein de l’hôtel.  “Malgré tout cela, Oumou était prête à offrir d’autres emplois à certains de ces agents comme elle est dans plusieurs domaines. Tout cela pour qu’ils ne se retrouvent pas au chômage. Malheureusement, ces travailleurs étaient manipulés. Dieu merci, certains ont vite compris le jeu. Ils se sont désolidarisés et continuent à collaborer toujours avec Oumou” précise notre source.

En tout cas, depuis quelques mois, Oumou Sangaré a confié la gestion de cet établissement hôtelier à une nouvelle équipe. Et tout se passe normalement. L’artiste y a d’ailleurs offert un grand show dans la nuit du mardi 14 février dans le cadre de la Sainte Valentin, la fête des amoureux. Elle a profité de cette occasion pour faire découvrir certains morceaux de son nouvel album dont la sortie est prévue dans quelques semaines.

                  A.B. HAÏDARA

Source : Aujourd'hui-Mali  18 Fév 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le service après-vente des résolutions se fait toujours attendre (Rediffusion)

24 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

24 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017