Le Sénégal perd son deuxième agrégé de grammaire après Senghor, Oumar Sankharé

Publié le 28 octobre
Source : AFP

Le professeur Oumar Sankharé, deuxième agrégé de grammaire du Sénégal après Léopold Sédar Senghor, est décédé lundi à l'âge de 65 ans, selon une association et la presse sénégalaises mardi.

L'agence de presse sénégalaise (APS, officielle) ainsi que plusieurs quotidiens et sites d'information locaux ont rendu hommage au Pr. Sankharé, dont la disparition a été confirmée à l'AFP par Aboubacar Demba Cissokho, de l'Association de la presse culturelle au Sénégal.

"Ces dernières années, il avait une santé chancelante, et fut même hospitalisé en France", indique Le Soleil (pro-gouvernemental), "il est décédé des suites d'une longue maladie", rapporte Walfadjri (privé), l'un et l'autre sans préciser la nature de son mal.

"Il doit être inhumé cet après-midi (mardi) à Thiès", sa ville natale à environ 70 km à l'est de Dakar, a affirmé M. Cissokho.

"C'est le deuxième agrégé de grammaire du Sénégal après Senghor" en 1935, agrégation obtenue en 2011, "mais il était déjà agrégé de Lettres classiques" depuis 1983, a-t-il précisé. Il enseignait depuis trois décennies.

Formé au Sénégal et en France, auteur de plusieurs ouvrages écrits seul ou avec d'autres ("La nuit et le jour", "Youssou Ndour le poète", "Notes sur Ethiopiques de Léopold Sédar Senghor"...), Oumar Sankharé était perçu dans son pays comme un des fils spirituels de Senghor, poète, académicien et premier président (1960-1980) du Sénégal, décédé en 2001.

Dans un entretien en 2011 à Walfadjri, il disait sa fierté d'être "le second Africain à obtenir l'agrégation de grammaire", se félicitant d'être "le seul Africain à avoir deux agrégations".

"J'ai toujours voulu marcher sur les pas de Senghor", avait-il dit, "quand j'étais petit, quand Senghor s'exprimait, je prenais un carnet où je notais les mots difficiles".

Son dernier livre publié en 2014, "Le Coran et la culture grecque", a suscité une levée de boucliers au Sénégal, particulièrement de dignitaires musulmans, certains allant jusqu'à l'accuser de récuser le livre saint de l'islam et de porter atteinte au prophète Mohamed.

Il avait publié un communiqué d'excuse "aux musulmans de la Ummah, affectés dans leur foi et dans leurs convictions religieuses" ainsi qu'à sa famille et ses amis "incommodés" par sa publication.

Source : AFP 28/10/15

 

Commentez avec facebook