Vendredi 31 Mars 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

FESPACO 2015 : Le Mali revient avec la portion congrue, 2 Millions de FCFA

La moisson n’a pas été abondante pour le Mali à Ouagadougou. Et ce malgré le grand engouement crée par les 5 films maliens projetés lors de ce 24ème FESPACO. « Devoir de Mémoire » a tout de même sauvé l’honneur.

Est-on tenté de dire que le Mali sort par la petite porte de ce 24ème FESPACO ? En effet, malgré la forte mobilisation autour des cinéastes maliens, ces derniers reviennent quasiment bredouilles de Ouagadougou.

Aucun étalon, aucun prix Court métrage pour les postulants maliens. Même les prix spéciaux n’ont pas souri au Mali à l’exception du film documentaire de Mamadou Kotoki Cissé. Devoir de Mémoire a de justesse sauvé l’honneur en arrachant un prix spécial : la deuxième place du meilleur documentaire. Son œuvre a été récompensée par un trophée et la somme de 2 Millions de F CFA.

Tout simplement décevant

Le piètre résultat du Mali est tout simplement décevant. Il interpelle la famille du cinéma malien à revoir sa copie en vue des compétitions futures. L’avènement du numérique dans le cinéma ouvre la voix à des productions de très hautes factures. « Nous sommes conscient de l’enjeu. Nous y travaillerons davantage », assure le DG du Centre national de cinématographie du Mali (CNCM), Moussa Ouane, interrogé par depechesdumali.com.

Par David Dembélé

Envoyé spécial à Ouagadougou pour Depechesdumali.com



Bon à savoir :

Qui est Mamadou Kotiki Cissé ?

Mamadou Kotoki Cissé est le réalisateur de la fiction Wasadenw les élus en 2006 et des documentaires Ra, la réparatrice en 2007, Korafola, joueuse de kora en 2012, Les Accords de Mondoro en 2013 et Devoir de Mémoire en 2014. En 1996, il coréalise avec Kay Masterbrook le film « La chanson du coton ». Le réalisateur malien a aussi produit en 2009, « Drogba est mort ».

« Devoir de Mémoire » pour dire « Non à l’oubli »

De mars 2012 à janvier 2013, les régions du Nord du Mali vivaient sous le joug de groupes armés dont les islamistes d’Ansar-Dine, du MJUAO et le MNLA. Le film de Mamadou Kotigi Cissé fait le récit des atrocités commises dans la foulée de l’invasion djihadiste au Nord Mali.

Devoir de Mémoire est une anecdote qui inscrit l’invasion jihadiste du nord du Mali dans le panthéon de l’histoire. Ce récit très pathétique de Mamadou Kotiki Cissé replonge dans les travers d’une invasion jihadiste renforcée par les velléités sécessionnistes de groupes armés ayant mis en coupes réglées les trois régions du nord du Mali. Avec une architecture institutionnelle complètement chamboulée par le coup d’Etat de mars 2012, les populations de Gao, Tombouctou et Kidal ne doivent leur salut qu’à l’opération serval. Les forces françaises ont redonné le sourire aux populations du Nord en freinant nette la progression des jihadistes vers Bamako. Pour le réalisateur « Devoir de Mémoire » impose un « Non à l’oublie » vis-à-vis des atrocités vécues par les populations du nord du Mali. Le court métrage qui rappelle les épisodes affreux de l’invasion jihadiste a plongé les spectateurs de « CBC » dans une grande émotion.

Une vingtaine de prix spéciaux

La cérémonie de clôture du 24ème FESPACO a été ponctuée par la remise d’une vingtaine de prix spéciaux. 133 films étaient à visionner à travers 313 projections. L’œuvre titanesque des 3 jurys (long métrage, court métrage/Série/TV Vidéo, et Documentaire/Film Ecoles) a permis de départager les films en compétition.

Les prix spéciaux décernés récompensent les productions cinématographiques et vidéographiques professionnelles d’Afrique. Ils sont attribués aux films de long et court métrage en compétition ou non, de la sélection officielle. Toute Association, Institution ou personne morale qui en manifeste le désir peut être donateur d’un prix spécial. La valeur minimale du prix spécial ne peut être inférieure à deux millions F CFA.

Par David Dembélé

Envoyé spécial à Ouagadougou pour Depechesdumali.com

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Blog

GAO PLEURE PLEURE ET PLEURE

Dans ce récital poétique au relent mélancolique, Niaré Fatoumata Keïta égrène sa détresse. La poétesse, co-auteure de la « plusique », pleure Gao qui poursuit son décompte macabre au lendemain de l’attentat perpétré contre le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC).

Lire la suite

La Parole au Peuple : Les Maliens se prononcent sur la Conférence d’entente nationale

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi sert la Fédération Gondwanaise de Football?

30 Mars


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] L'acquittement de Simone Gbagbo est-il une surprise?

30 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2017