Vendredi 21 Juillet 2017
Journée porte ouverte Binthily

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Ouagadougou : La ville qui ne dort pas

 

Ouagadougou brille de ses milles feux avec le FESPACO. La ville de 1 475 233 habitants ne dort quasiment pas. De jour comme de nuit, un seul lieu de rendez vous : le site officiel de l’évènement à Gouguin. C’est là aussi que cravache sans répit, 24H/24, la vingtaine de commissions qui organisent le FESPACO. Les plantureux décors de la fête du cinéma africains sont permanemment envahi par une marrée humaine, se baladant entre les stands et le podium géant sur lequel se succèdent des artistes musiciens et chorégraphes. Ici, les nuits musicales riment parfaitement avec les visites touristiques.

Elèves, étudiants, fonctionnaires, artisans, petits commerçants… tous s’empressent d’être témoin de cet évènement planétaire. Une véritable vitrine pour le pays des Hommes intègres.

Les pourtours du site, bien qu’encadrés par les forces de l’ordre, sont pris d’assaut par les marchands à la sauvette qui se frottent les mains. Comme quoi, le FESPACO offre un véritable bol d’air à l’économie du Faso qui tente de se remettre des affres de la crise politico institutionnelle qui l’a durement éprouvée. C’est une messe où se côtoient investisseurs, personnalités, visiteurs et des représentants de milliers de structures médiatiques.

Par David Dembélé

Envoyé spécial à Ouaga pour depechesdumali.com

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Diplômés pistonnés (Rediffusion)

20 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La santé des chefs d'Etat: un secret médical?

20 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017