Samedi 17 Avril 2021
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Congo-B: après la réélection de Sassou-Nguesso, l'opposition s'insurge contre un scrutin «calamiteux»

Avec 88,57% des voix, selon les résultats provisoires officiels annoncés mardi 24 mars, Denis Sassou-Nguesso a été réélu pour cinq ans président du Congo-Brazzaville.

Mais ses opposants entendent former des recours contre ce scrutin qu'ils dénoncent. La rapidité de la publication de ces résultats provisoires et certains articles de la Constitution motivent leur décision.

Après 37 années cumulées à la tête du pays, Denis Sassou-Nguesso doit repartir pour un nouveau mandat de cinq ans en tant que président du Congo-Brazzaville. Le chef d'État a été réélu avec 88,57% des voix, selon les résultats provisoires annoncés mardi par Raymond Mboulou, le ministre de l'Intérieur. Après avoir salué ses partisans et formulé des voeux de prospérité, Denis Sassou-Nguesso a lancé un message aux candidats battus dans cette élection. Il leur a rappelé que le Congo-Brazzaville était un bien commun.

Mais cette main tendue n'a pas trouvé preneur. L'opposition est vent debout contre les résultats provisoires proclamés mardi, moins de 48 heures après la fermeture des bureaux de vote. Tous dénoncent un scrutin « calamiteux », alors que les observateurs de l'Union africaine ont noté plusieurs dysfonctionnements dans l'organisation du vote.

« C'est vraiment très sale »

La rapidité de ces résultats provisoires est le grief le plus souvent repris. Mathias Dzon, arrivé troisième selon ces résultats avec 1,90% des suffrages, estime qu'ils ont été compilés dans la précipitation :

« C’est pas en un jour qu’on peut compiler les résultats venus de tout le Congo, et c’est pas de cette façon qu’on peut les donner. Il y a quelque chose qui étonne : dans la plupart des résultats, on suit l’ordre de présentation des candidats sur le bulletin de vote. Donc, c’est quelque chose de préconçu. »

Même son de cloche pour Jean-Jacques Yhombi-Opango, allié de feu Guy-Brice Parfait Kolelas, qui est arrivé deuxième avec 7;84% des voix. Selon lui, la rapidité avec laquelle ces résultats ont été annoncés est douteuse :

« J'aimerais bien voir avec quel matériel ils ont pu faire. Je veux bien qu'on évolue. On nous dit ici qu'il n'y a pas de biométrie, qu'il n'y a pas toute cette technologie. Le faire aussi vite ? Je suis assez surpris. Ce n'est pas normal. Toutes les compilations ne sont pas encore arrivées à Brazzaville. C'est vraiment très sale. »

Le camp Sassou-Nguesso accuse l'opposition d'être désorganisée

L’opposition conteste notamment les résultats en provenance des régions forestières dans le nord, à plus de 900 kilomètres de la capitale Brazzaville. Des accusations rejetées par Anatole Collinet Makosso, porte-parole de la campagne de Denis Sassou-Nguesso, pour qui l’opposition n’avait qu'à être mieux organisée :

« L'État a ses canaux de transmission de l'information. Cela ne doit quand même pas être comparé à l'individu qui ne sait même pas par quel moyen il peut faire parvenir les résultats ici. S'ils étaient mieux organisés, ils pouvaient les avoir. L'État ne doit quand même pas subordonner son fonctionnement à la dextérité, à la diligence ou à la non-diligence des particuliers. Ce n'est pas possible. »

La mort de Parfait Kolélas sujette à diverses interprétations au niveau des articles de la Constitution

Autre motif de contestation de l'opposition : l'article 70 de la Constitution, qui prévoit les cas de report ou d'annulation de l'élection en cas de décès d'un candidat. Guy-Brice Parfait Kolélas a été hospitalisé samedi 20 mars, à la veille de l'élection présidentielle. Le candidat est décédé dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 mars, dans l'avion qui l'acheminait vers la France, où il devait recevoir des soins. L'opposant congolais, diagnostiqué positif au Covid-19, est mort à l'âge de 60 ans.

Jean-Jacques Yhombi-Opango évoque cet article 70, qu'on « interprète comme on veut, selon son bord ». « Vous vous rendez compte que le patron des élections est passé à la télé pour commencer déjà à justifier l'article 70 ? À ce niveau-là, on devrait juste le lire et laisser les autres l'interpréter ! Mais quand on se justifie, c'est comme si on disait "qui se sent morveux se mouche' », déclare-t-il.

Le président de la Commisison électorale, Henri Bouka, avait estimé dès lundi que le scrutin était valide, puisque le candidat Kolelas est décédé après la tenue du vote. Côté pouvoir, on affiche sa sérénité. Anatole Collinet Makosso s'appuie sur « les dispositions de l'article 36 ». « Je ne suis pas ces candidats qui voudraient faire usage de leurs droits, même de façon abusive. Mais c'est le jury consitutionnel qui déterminera. Il n'y a aucun problème », assure-t-il.

L’opposition a trois jours, à compter de la lecture des résultats provisoires, pour déposer un recours.

Source : RFI

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

 

Prévention et répression de l’enrichissement illicite au Mali : « La Loi N°2014-065 est une chance à saisir »

Pour Me Alifa Habib Koné, Avocat à la Cour et Auditeur, la Loi N°2014-065 portant Prévention et répression de l’enrichissement illicite au Mali est plus que jamais la panacée pour enrayer la lancinante spirale des biens mal acquis et le détournement subtil des biens du contribuable 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Êtes-vous satisfaits du gouvernement de transition ?

13 Avril


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Housseini Amion Guindo.

16 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2021