Jeudi 28 Mai 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tchad: la polémique enfle après la mort de membres présumés de Boko Haram en prison

La semaine dernière, 44 membres présumés de Boko Haram, arrêtés au cours des opérations militaires qui ont eu lieu fin mars dans la région du lac Tchad, ont été retrouvés morts dans leur cellule.

Après les réserves de la société civile, la Commission nationale des droits de l’homme a décidé d’ouvrir une enquête.

Avec notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

Selon les conclusions du rapport d’autopsie du médecin légiste commis par le procureur, que RFI a pu consulter, la mort collective des détenus est due à une consommation d’une substance létale ayant produit un trouble du rythme cardiaque. Les conclusions font aussi mention d’autres complications qui pourraient faire l’objet d’une enquête et d’analyses appropriées.

Des analyses pour expliquer ce qui s’est vraiment passé, c’est ce que revendique depuis quelques jours la société civile. Du coup, la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a décidé d’ouvrir une enquête.

« Rien ne prouve le suicide collectif ou l’assassinat »

« Quarante-quatre personnes dans une prison, c’est inquiétant. Ce n’est parce que ces gens sont des terroristes qu’on les tue. Si l’armée tchadienne avait voulu les tuer, elle les aurait tués en brousse. Nous sommes dans un État de droit. Il n’y a rien qui prouve aujourd’hui qu’il y a eu suicide collectif ou assassinats... Je répondrai à cette question lorsque nos enquêtes prendront fin », estime Djidda Oumar Mahamat, le président de la CNDH.

Sans remettre en cause les premières conclusions du médecin légiste, l’organe du gouvernement en charge de la protection des droits de l’homme cherche à établir les responsabilités. Selon certaines sources, les conditions de détentions des prisonniers seront pointées dans le rapport à venir.

■ La thèse du suicide ne convainc pas

On sait que de tradition les membres de Boko Haram ne se suicident pas parce que, eux sont partisans d’un islam beaucoup plus rigoriste que celui qui est pratiqué dans cette zone du lac Tchad. Le seul cas de suicide qu’on connait chez Boko Haram, c’est les opérations kamikazes. L’idéologie de Boko Haram dit à ceux qui partagent les opérations kamikazes qu’ils vont aller au paradis. Deuxième élément, puisque les gens sont décédés dans la prison au Tchad ont été arrêtés sur le terrain, puis transférés à Ndjamena, on ne voit pas dans quelles conditions ils auraient pu accéder à des médicaments alors qu’ils étaient sous bonne garde. Par ailleurs, il y a beaucoup de prisonniers de Boko Haram au Niger, au Tchad, au Cameroun et même au Nigeria, et on n’a pas documenté de cas où ils se seraient donnés la mort. Troisième élément, pour l’instant à notre connaissance, ce ne sont pas vraiment des gens qui sont dans la haute hiérarchie du mouvement, qui ont des secrets à cacher et qui pourraient préférer mourir avec le secret plutôt que de se laisser capturer.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Alassane Diop aux 147 députés élus : « C’est le temps de l’intolérance face à l’irresponsabilité démocratique ».

« Lettre ouverte aux députés

Chers  élus du peuple,

Ceci est un appel au sursaut citoyen !

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Corona fini ou pas ?

27 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Côte d'Ivoire : quelle stratégie pour le FPI ?

27 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2020