Jeudi 09 Avril 2020
Banniere SAma Money

Covid-19 au Mali :

+ 15 nouveaux cas ce jeudi 09 avril, soit 74 malades du coronavirus

+ 7 Décès

+ 22 patients guéris

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le président bolivien Evo Morales annonce sa démission

M. Morales a annoncé ce dimanche 10 novembre sa démission après trois semaines de fortes protestations contre sa réélection à un quatrième mandat et alors que l'armée et la police venaient de lui demander de quitter ses fonctions.

La situation est tendue à La Paz, alors que le pouvoir est vacant.

Après trois semaines de manifestations, lâché par l'armée, Evo Morales a finalement cédé. « Je renonce à mon poste de président », a déclaré ce dimanche à la télévision le leader indigène de 60 ans, au pouvoir depuis 2006. « Le coup d'État a eu lieu », a ajouté à ses côtés le vice-président Alvaro Garcia Linera, qui a lui aussi démissionné.

« Nous avons lancé une leçon au monde, demain la Bolivie sera un nouveau pays », a réagi l'ancien chef de l'État Carlos Mesa, chef de l'opposition et candidat malheureux à la présidentielle du 20 octobre, tandis que des milliers de Boliviens fêtaient dans la rue la démission.

Ce départ avait été réclamé moins d'une heure plus tôt par le commandant en chef de l'armée. « Après avoir analysé la situation conflictuelle interne, nous demandons au président de renoncer à son mandat présidentiel afin de permettre la pacification et le maintien de la stabilité, pour le bien de notre Bolivie », avait déclaré le général Williams Kaliman à la presse.

« Nous nous joignons à l'appel du peuple bolivien de suggérer à Monsieur le président Evo Morales de présenter sa démission pour pacifier le peuple de Bolivie », avait également annoncé le commandant général de la police, Vladimir Yuri Calderon.

Scènes de chaos dans la capitale

Dans toutes les villes du pays, les opposants à Evo Morales se sont mis à fêter joyeusement le départ du chef de l'État. RFI a pu parler à un touriste français, Jean-Baptiste Ploquin, qui se trouve actuellement dans la petite ville d'Uyuni, dans le centre du pays. Il raconte comment il a vécu, accompagné d'un guide local, l'annonce du départ de M. Morales :

« On est descendus dans la pièce principale de l'hôtel pour regarder les infos avec d'autres Boliviens, et on a regardé le discours d'Evo Morales et de son vice-président à la télévision en compagnie des habitants d'Uyuni. Ce n'est pas une grande ville, mais sur la place principale, il y avait un grand rassemblement, des drapeaux, des klaxons, des pétards, des fusées. »

« Depuis les élections, tous les Boliviens avec qui on en parle nous disent que le seul moyen, c'est qu'il renonce, rapporte le Français. Personne n'y croyait vraiment, mais le fait que l'armée et la police se mettent du côté de la population a fini par faire céder le président. Le guide, qui nous donnait les informations au fur et à mesure, a un fils dans la police et il disait : "C'est impossible que les forces de l'ordre se retournent contre leur propre famille. À un moment ça va céder." »

À La Paz, ce sont des scènes de chaos qui se sont en revanche déclenchées dans la nuit. Après la liesse de la fin d’après-midi, au moment de l’annonce de la démission, l’ambiance s’est vite dégradée et des pillards se sont emparés des rues. Des groupes sont entrés dans des magasins et y ont volé toutes les marchandises. Des maisons d’opposants ont été incendiées, tout comme des installations publiques, rapporte notre correspondante, Alice Campaignolle.

Les partisans de l’ex-président sont accusés d'avoir semé la terreur dans toute la ville, et des affrontements très violents ont eu lieu entre les deux camps, anti et pro-Morales. Ces derniers sont très en colère du départ de leur dirigeant. La police étant débordée, c’est désormais l’armée qui est dans la rue pour essayer de faire revenir le calme.

Réactions en Amérique latine

Allié traditionnel du dirigeant socialiste, Cuba a rapidement réagi à l'annonce de la démission d'Evo Morales, condamnant « le coup d'État en Bolivie ». Sur Twitter, le président Miguel Diaz-Canel a dit sa « solidarité avec le frère président Evo Morales » et appelé le monde à se mobiliser « pour la vie et la liberté d'Evo ».

Une déclaration dont le président vénézuélien Nicolas Maduro s'est fait l'écho. « Nous condamnons catégoriquement le coup d'État survenu contre le frère président Evo Morales », a-t-il écrit sur Twitter, appelant à « la mobilisation pour exiger que soit préservée la vie des peuples indigènes boliviens, victimes du racisme ».

« En Bolivie a eu lieu un coup d'État produit par l'action conjointe de civils violents, du personnel policier qui s'est démobilisé et de la passivité de l'armée, a abondé sur Twitter le président élu argentin Alberto Fernandez, un péroniste de centre gauche. C'est un coup perpétré contre le président Evo Morales, qui avait convoqué un nouveau processus électoral. »

Scènes de chaos dans la capitale

Dans toutes les villes du pays, les opposants à Evo Morales se sont mis à fêter joyeusement le départ du chef de l'État. RFI a pu parler à un touriste français, Jean-Baptiste Ploquin, qui se trouve actuellement dans la petite ville d'Uyuni, dans le centre du pays. Il raconte comment il a vécu, accompagné d'un guide local, l'annonce du départ de M. Morales :

« On est descendus dans la pièce principale de l'hôtel pour regarder les infos avec d'autres Boliviens, et on a regardé le discours d'Evo Morales et de son vice-président à la télévision en compagnie des habitants d'Uyuni. Ce n'est pas une grande ville, mais sur la place principale, il y avait un grand rassemblement, des drapeaux, des klaxons, des pétards, des fusées. »

« Depuis les élections, tous les Boliviens avec qui on en parle nous disent que le seul moyen, c'est qu'il renonce, rapporte le Français. Personne n'y croyait vraiment, mais le fait que l'armée et la police se mettent du côté de la population a fini par faire céder le président. Le guide, qui nous donnait les informations au fur et à mesure, a un fils dans la police et il disait : "C'est impossible que les forces de l'ordre se retournent contre leur propre famille. À un moment ça va céder." »

À La Paz, ce sont des scènes de chaos qui se sont en revanche déclenchées dans la nuit. Après la liesse de la fin d’après-midi, au moment de l’annonce de la démission, l’ambiance s’est vite dégradée et des pillards se sont emparés des rues. Des groupes sont entrés dans des magasins et y ont volé toutes les marchandises. Des maisons d’opposants ont été incendiées, tout comme des installations publiques, rapporte notre correspondante, Alice Campaignolle.

Les partisans de l’ex-président sont accusés d'avoir semé la terreur dans toute la ville, et des affrontements très violents ont eu lieu entre les deux camps, anti et pro-Morales. Ces derniers sont très en colère du départ de leur dirigeant. La police étant débordée, c’est désormais l’armée qui est dans la rue pour essayer de faire revenir le calme.

Réactions en Amérique latine

Allié traditionnel du dirigeant socialiste, Cuba a rapidement réagi à l'annonce de la démission d'Evo Morales, condamnant « le coup d'État en Bolivie ». Sur Twitter, le président Miguel Diaz-Canel a dit sa « solidarité avec le frère président Evo Morales » et appelé le monde à se mobiliser « pour la vie et la liberté d'Evo ».

Une déclaration dont le président vénézuélien Nicolas Maduro s'est fait l'écho. « Nous condamnons catégoriquement le coup d'État survenu contre le frère président Evo Morales », a-t-il écrit sur Twitter, appelant à « la mobilisation pour exiger que soit préservée la vie des peuples indigènes boliviens, victimes du racisme ».

« En Bolivie a eu lieu un coup d'État produit par l'action conjointe de civils violents, du personnel policier qui s'est démobilisé et de la passivité de l'armée, a abondé sur Twitter le président élu argentin Alberto Fernandez, un péroniste de centre gauche. C'est un coup perpétré contre le président Evo Morales, qui avait convoqué un nouveau processus électoral. »

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Me Mountaga Tall à propos du Conseil des ministres par visioconférence : "Le Gouvernement, pour se protéger contre le Coronavirus se barricade derrière les écrans pour délibérer. Bravo !

Sauf qu'au moment, le même Gouvernement envoie les malien(nes) s'agglutiner aux meetings électoraux et dans les bureaux de vote. Le droit à la santé et à la vie ne vaut-il pas pour tous ?"

Blog

Hommage de Birama Konaré, écrivain, à Soumaïla Cissé et ses compagnons : « Il faut agir pour faire tomber la distance entre Soumaïla Cissé et nous »

« Nous sommes tous à Nianfunké jusqu’à ce que vous nous reveniez

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Distanciation sociale

09 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Niger : l'affaire de l'audit du ministère de la Défense

09 Avril

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020